DI de Dijon : Lettre ouverte

 

Les représentants Force Ouvrière de l'Union Interrégionale

​des Services Pénitentiaires de DIJON
​à
Monsieur le Préfet de la Région Bourgogne Franche-Comté,

Monsieur le Préfet de la Région Centre Val-de-Loire,
Madame la Présidente du Conseil Régional Bourgogne Franche-Comté,

Monsieur le Président du Conseil Régional Centre Val-de-Loire,

 

Nous vous adressons ce courrier en vos qualités de représentant de l’Etat et du peuple français, car la mission qui nous a été confiée de représenter les personnels de l’administration pénitentiaire, nous enjoint à solliciter votre haute bienveillance.

 

Nous avons tous conscience de l’ampleur et de la force de la crise qui nous touche aujourd’hui. Nous savons que les difficultés qu’elle génère sont polymorphes et impactent la vie de tous. Chacun de nous opère les choix qui lui semblent être les plus pertinents en fonction des marges de manœuvres, mais aussi, des informations dont il dispose. Ainsi, veuillez avoir l’assurance qu’il n’est point sujet ici, de sombrer dans la critique. Nous souhaitons porter à votre connaissance la vision qui est la nôtre en fonction de notre cadre de référence, afin d’enrichir les réflexions qui sont les vôtres et vous permettre prendre les décisions les plus justes.

 

Nous mesurons la difficulté des choix à opérer quant à la gestion de la chaîne d’approvisionnement des mesures de protection sanitaires. Pour autant notre environnement professionnel particulier nous contraint à opérer un choix paradoxal entre un risque sanitaire et un risque sécuritaire. En effet, sans moyen de protection adéquat, comment respecter à la fois les mesures de protection sanitaire et assurer des missions de sécurité telles que des fouilles ou des palpations ?

 

Aujourd’hui, 4000 masques sont disponibles sur la D.I.S.P. de Dijon, certains établissements disposent de quelques réserves supplémentaires. Le stock constitué est insuffisant pour assurer la sécurité de tous. Ces masques sont aujourd’hui majoritairement inutilisés car les consignes quant à l’utilisation de ces derniers sont très restrictives. Les réserves de gants et de gel hydro alcoolique sont tout aussi inquiétantes.

 

Comme vous avez pu le constater, un climat de tension préoccupant se propage et s’enracine dans les détentions. Le risque d’incident est réel. Les causes sont multiples et interdépendantes les unes des autres. Les personnes détenues considèrent que le risque de contamination vient de l’extérieur. A leurs yeux, en l’absence de visiteurs et d’intervenant extérieur, le personnel de l’administration pénitentiaire représente donc une menace. Dans ce climat anxiogène accentué par la surmédiatisation, la personne détenue ressent un sentiment d’impuissance et une inquiétude accrue pour ses proches.

 

Les mouvements collectifs des derniers jours ont eu pour conséquence des déplacements de population pénale par mesure d’ordre et de sécurité. Si cela a permis la dépressurisation de certains points de crispation, il n’est pas incohérent de penser qu’outre la dissémination des graines de la colère et de l’inquiétude, ce genre de mesures nécessaires, favorise également la contamination sanitaire. L’annonce, peut-être prématurée, de libérations massives, a eu pour effet de laisser croire à un certain nombre de personnes détenues, qu’ils devaient exercer une pression sur les établissements afin de saturer les équipes régionales d’intervention et de sécurité et ainsi, accélérer les prises de décision au sommet de l’Etat. Nous ne développerons pas le potentiel d’aggravation de ces risques liés aux situations de manque et aux différentes pathologies psychiatriques présentes en détention, car nous imaginons que vous en avez conscience.

 

Dans ce climat électrique, il nous semble déraisonnable de considérer que le personnel de surveillance sera épargné de toute contamination. Il semble donc juste, d’acter que nous serons confrontés à court terme, à des problématiques RH importantes.

 

Cette situation se développe sur une base déjà friable. En effet, vous n’ignorez pas les difficultés de recrutement que traverse notre administration à tous les niveaux. Le manque de considération, de reconnaissance et la faible rémunération sont des sentiments prégnants. Dans le contexte actuel, il convient d’ajouter à cela qu’une vague de départ massif à la retraite se dessine. Pour cette raison, il nous semble pertinent de rappeler qu’une masse non négligeable de personnel est âgée, et, sera donc à priori plus exposée au fléau qui nous touche.

 

Notre administration se trouve souvent dans l’ombre de ses propres murs, mais ses agents savent la mesure de la mission de service public qui leur est confiée. Les agents de l’administration pénitentiaire sont une force de sécurité essentielle. Il faut aujourd’hui dépasser la dimension sémantique et doter l’administration pénitentiaire des moyens nécessaires à l’accomplissement de ses missions. La situation actuelle expose à des risques réels les personnes détenues, les personnels et la population française.

 

Pour toutes les raisons qui ont été évoquées nous considérons que la protection des agents est une nécessité. Elle permettra d’assurer les missions quotidiennes de sureté des établissements, de limiter les problématiques RH dans le temps et de désamorcer la tension perceptible dans les établissements.

 

Nous recommandons donc que l’administration pénitentiaire soit considérée comme une priorité dans la livraison de matériels de protection sanitaires. Aussi nous vous demandons de prévoir dans l'hyppthése des différentes commandes que vos services seraient amenés à passer, suffisamment de masques et de moyens de prévention pour l’ensemble des personnels et des établissements, afin que nous ne nous retrouvions pas une fois de plus, le parent pauvre de l’administration.

 

Par ailleurs nous pensons qu’il est important de tester le plus rapidement possible l’ensemble des personnes évoluant dans les établissements pénitentiaires de façon à ne pas développer de nouveaux foyers. Dans cette attente, il nous semble intéressant de tester à minima chaque personne détenue libérée, afin de limiter le risque de propagation. Nous pensons qu’une communication et des directives claires, précises et uniformes doivent être élaborées à destination des établissements pénitentiaires.

 

Nous savons que nous pourrons nous appuyer sur vos compétences, votre détermination et votre engagement.

 

Nous vous remercions par avance de la considération que vous saurez témoigner à notre administration et à ses personnels.

 

Dans cette attente, nous prions d’agréer, Monsieur le Préfet de Région, Madame et Monsieur, le Président de Conseil Régional, l’expression de nos salutations distinguées.

Lire le communiqué 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr