Prison de Réau : Nouvelle dégradation de nos conditions de travail sans aucun fondement !

 

Une récente note de service nous annonce le passage des nuits à 17 agents au lieu de 20, la suppression des postes renforts, la suppression de l’agent polyvalent UAT …

On veut nous faire passer la pilule en nous expliquant que c’est pour pallier les départs des agents de Paris La Santé le 26 septembre prochain.

 

MENSONGE : En avril 2018 nous étions 256 personnels de surveillance, le 26 novembre 2018 en décomptant les départs PLS nous serons 265.

(Chiffres annoncés par le responsable origine).

 

Cherchez l’erreur, en avril 2018 nous tenons nos nuits à 18 + renforts + polyvalent avec 256 agents. En Novembre 2018 avec 265 agents, nos conditions de travail seront sciemment dégradées : nous mettant en danger sur nos coursives et impactant à nouveau le service de nuit.

 

MAIS la vérité est ailleurs, nous subissons purement et simplement les pulsions perverses du responsable du service Origine.

 

Pas un seul jour ne se passe sans que le personnel ne se plaigne des agissements de cet individu.

Malheureusement, personne ne semble pouvoir contrecarrer sa perfidie, son œuvre est pourtant conséquente :

 

- Acharnement contre les brigades en 12h : déstructuration du planning QMC, congés imposés au CNE et tentative d’en faire autant aux Accès, fin de la brigade QA/CDH3, détérioration à venir de la brigade UVF en imposant des semaines en poste fixe.

- Ne rappelle pas systématiquement les agents de réserve de nuit mettant le service en danger. - Couvertures fictives de certains postes par des agents qui sont en arrêt maladie.

- Gestion des premiers surveillants, tel des pions, dont il modifie à convenance leur affectation et rythme de travail, argumentant l’application d’une pseudo décision du directeur…

- Proposition de services de nuits ponctuels, irrationnels, à 12 agents.

- Propos dénigrants et réflexions à la limite de la persécution envers les agents dont il estime qu’ils sont trop régulièrement en arrêt maladie.

- Changement de planning sans en avertir les agents, obligeant ces derniers à surveiller constamment leur feuille d’appel, changements qui interviennent, parfois même, sur leur RH.

- L’agent « abri famille » qui n’a pas de temps de pause pour déjeuner, dont il dit pourtant être informé depuis des années, et pour lequel il ne propose aucune solution. Les agents sont obligés de réclamer le paiement de cette pause, parfois sans jamais l’obtenir.

- Entrave à l’activité syndicale en refusant des détachements d’agent sans aucune motivation…

 

Le syndicat Force Ouvrière est en droit de se poser des questions sur la gestion du responsable du service Origine.

 

Qu’obtient-il en fin d’année à part une satisfaction personnelle ??

Quels sont ses intérêts ?

Un système opaque de primes sur objectifs ?

Le paiement d’heures supplémentaires fictives ?

 

J’espère que vous prendrez conscience un jour du malaise instauré par un seul homme. Nul n’est irremplaçable, nous attendons des décisions fermes.

 

Enfin, la semaine dernière, nous avons encore essuyé une très grave agression au CDH1.

Ce n’est pas en vidant nos coursives de son personnel que nous pourrons faire face à ces violences.

 

Vous comprendrez alors que la perspective de cette nouvelle note de service, dégradant ENCORE nos conditions de travail, accentue le malaise et l’épuisement de vos personnels.

 

Le syndicat Force Ouvrière demande que cette note ne soit pas appliquée.

 

Lire le communiqué

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr