Prison Grasse : Jusqu'ici ... Tout va bien !

07/01/2018

 

Le samedi 6 janvier vers 17 heures, au moment de la sortie du 3ème tour de parloir, une bagarre a éclaté au niveau du PCC : 2 détenus s'en sont pris à un 3ème, avec la ferme intention de lui régler son compte.

 

Ce type de règlement de compte n'est pas rare. Il est même révélateur du trafic qui peut sévir au sein de notre établissement... Jusqu'au jour où les conséquences seront dramatiques et qu'il faudra rendre des comptes et désigner les responsables.

 

Si, fort heureusement, cette bagarre n'a pas eu de conséquences graves, elle permet de mettre en exergue un dysfonctionnement flagrant :

 

-Les effets de SAS des grilles du PCC ont rendue impossible l'intervention des personnels pourtant arrivés très rapidement sur les lieux de l'incident. En effet, un détenu tenant la porte du parloir ouverte (porte 90) il était impossible d'ouvrir les autres grilles pour permettre aux agents d'intervenir.

 

-Un incident similaire s'est d'ailleurs produit la veille au niveau du PIC du bâtiment A. Une bagarre a éclaté entre plusieurs détenus, mais comme l'un d'eux tenait une grille ouverte, il était impossible d'intervenir pour maîtriser l'incident.

 

Et si la prochaine fois c'est un personnel qui est pris pour cible ?

 

C'est l'occasion pour Force Ouvrière de faire part (ou plutôt de rappeler) son inquiétude au sujet des nouvelles procédures à adopter suite à la mise en place des nouveaux systèmes de sécurité, afin d'éviter qu'un tel incident ne puisse se produire de nouveau avec des conséquences plus graves :

 

-Il est nécessaire de prévoir une procédure d'urgence pour inhiber les effets de sas. Les travaux de remplacement des matériels de sécurité se terminent bientôt, et les premières difficultés que Force Ouvrière avait relevées commencent déjà à se concrétiser. Nous exigeons que tous les agents des PIC, du PCC et du PCI puissent avoir accès à une procédure d'urgence d'inhibition des effets de SAS instantanée.

 

Force Ouvrière exige plus de sécurité pour les personnels !

 

L'alerte est donnée...

Les exigences sont posées...

 

Nous restons maintenant ouverts au dialogue afin de trouver une solution qui fasse consensus et permette à chacun de travailler dans de bonnes conditions de sécurité !

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr