Un téléphone dans chaque cellule ! Une priorité pour le Ministère...et pas que !

02/01/2018

 

La Direction de l’Administration Pénitentiaire a publié fin novembre un appel d’offres destiné à fournir, installer, mettre en œuvre, exploiter et maintenir une infrastructure de téléphonie et de vidéoconférence dans les 50144 cellules des établissements pénitentiaires français, et les 3090 points-phones existants.

 

La lecture du règlement de la consultation nous informe que la date limite de dépôt des offres est fixée au 8 janvier 2018, montrant ainsi l’imminence ou la rapidité avec laquelle la DAP souhaite travailler, sans prendre le temps, le soin, ni la correction de consulter les organisations syndicales. On apprend aussi que la concession doit être en capacité de fournir pas moins de 50 000 000 de minutes de téléphone.

La DAP pense donc, avec une très grande candeur qu’ainsi, elle réglera l’émergence des communications illicites dues à l’introduction exponentielle des téléphones portables en détention depuis que les fouilles systématiques ne sont plus autorisées…

 

Pourquoi alors ne pas installer des distributeurs de drogues en prison afin de lutter contre le trafic et les agressions ??

 

Pour le Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE, le ministère et la DAP font preuve d’une ignorance la plus totale en cédant à la pression des groupuscules qui militent en faveur des détenus : penser que cela fera cesser l’introduction des téléphones portables, ne permettra plus de communications illicites ou diminuera le nombre d’agressions liées au trafic que cela génère est purement utopique !

 

Déjà, en août dernier, FO Pénitentiaire était monté au créneau, dénonçant les propos de Mme BELLOUBET, qui évoquait la possibilité de téléphones portables autorisés en prison, pour finir par exercer un rétropédalage.

 

On apprend aussi que l’entreprise qui obtiendra le marché devra financer entièrement la pose et la gestion de ces téléphones et qu’elle ne sera rémunérée que sur le coût des communications payées par les détenus. Cela promet forcément un délaissement par ces derniers.

Aussi, FO Pénitentiaire s’inquiète des modalités de contrôles. Déjà qu’à l’heure actuelle, il n’est pas possible de contrôler les 3090 points-phones existants, qu’en sera-t-il des 50144 téléphones supplémentaires ??

Et puis, dans les cellules des maisons d’arrêt dans lesquelles on dénombre plusieurs détenus, comment sera géré l’accès au téléphone ? Comment la confidentialité des communications, si chère jusqu’alors aux détenus et à leur famille, sera préservée ? Comment être certain que tous les détenus d’une même cellule ont un accès libre à la téléphonie, sans trafic ou racket ? Pour FO Pénitentiaire, c’est aller au-delà de problèmes plus importants que maintenant. Les communications illicites auront toujours court, les trafics, rackets et agressions aussi.

 

L’appel d’offres demande aussi la mise en place de la vidéoconférence, permettant aux détenus et à leurs interlocuteurs de communiquer et de se voir. Lors du précédent Comité Technique de l’Administration Pénitentiaire, la DAP nous informait de la mise en place proche du Numérique en Détention (NED). Cela doit permettre aux détenus, à l’aide d’une tablette numérique, de pouvoir échanger avec l’administration dans ses relations quotidiennes (demande de rendez-vous, cantines, UVF…), mais aussi de pouvoir envoyer et recevoir des emails !!!

 

Le Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE reste fermement opposé à ces mesures tant qu’elles mettront en péril la sécurité des établissements pénitentiaires, de ses personnels et des détenus dont les surveillants ont la charge d’assurer leur intégrité.       

Pour l’heure, il manque encore du personnel pour assurer le minimum, le cœur du métier, qu’est la détention. Il manque de personnel pour assurer les nouvelles missions mises en branle à la hâte, telles que sont les extractions judiciaires, et il manque encore plus de personnels pour contrôler les communications licites, alors que la menace terroriste reste au plus haut point et que le 10 octobre 2017, un projet d’attentat était déjoué au Centre Pénitentiaire de Fresnes.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr