Prison de Reims : FO demande des mesures concrètes

 

Hier, lundi 17 février en fin de journée à la MA Reims, lors d'une fouille de cellule programmée, un portable est trouvé par le surveillant dans la cellule du détenu « C ». A l'issue de celle-ci, le collègue se rend dans le bureau du Chef de Détention et transmet sa découverte à la Gradé présente à ce moment la.

 

A son retour, comme le veut le protocole, le détenu est informé de la fouille, de la saisie d'un téléphone portable et de la rédaction d'un Compte Rendu d'Incident à son encontre. L'individu décide alors de se rendre dans le bureau de l'Officier, afin de récupérer son bien (prohibé) ! Il y rentre sans y avoir été invité et tente de saisir le téléphone posé. La Gradé s'en empare avant lui, s'en suis alors une empoignade et le détenu finira par attraper fermement le poignet de notre collègue ! Le portable arrive dans les mains d'un surveillant, qui se précipite vers la sortie pour aller déposer l'objet en lieu sûr et hors d'atteinte de l'individu. Ce dernier se lance à la poursuite du collègue, l'agresse, c'est alors que plusieurs surveillants interviennent alors pour maîtriser, puis menotter le détenu.

 

Détention d'un téléphone portable, refus répétés d’obtempérer à des ordres ou injonctions des personnels, agressions physiques sur deux collègues …

 

Alerté, le Directeur de l’Établissement se rend sur place, mais la suite donnée interpelle quelque peu... Il ordonne aux gradés de ne pas placer le détenu en prévention et qu'il soit démenotté. Le Chef d’Établissement se cloisonnera avec le détenu en audience. Il regagnera sa cellule à l'issue pour une pseudo mise en prévention / confinement qui n'est pas la réponse adéquate devant les faits (l'argument de l'occupation du QD n'est pas recevable à notre sens car certaines choses doivent être anticipées afin d'apporter une réponse devant pareille situation).

 

Cela fait plusieurs mois que Force Ouvrière alerte et attend des mesures face à l'emprise palpable qu'a le détenu « C. » à la MA de Reims, et demande son transfert. Malgré l'accumulation des incidents dont il est l'auteur, rien ne change ! Cette situation ne peut plus durer, le climat devient insupportable et le sentiment de désaveu lui s'amplifie !

 

Les personnels de la Maison d'Arrêt de Reims ne manquent pas de professionnalisme,

mais si demain ils baissent les bras, il ne faudra pas se demander pourquoi !!!

 

Il est grand temps que des décisions concrètes soient prises !

Nous réitérons fermement, une demande de transfert pour le détenu « C.»!

Si rien n'est entrepris, la grogne des personnels se fera entendre !!!

 

Nous espérons, tout comme les personnels de la structure, que certaines choses changent rigoureusement et rapidement afin qu'ils puissent travailler en se sentant soutenus et suivis

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr