Prison de Rennes-Vezin : Impunité totale !!!

 

Mercredi 5 février sur cour de promenade, un détenu frappe violemment et à trois reprises un autre détenu. Pourquoi ? Bonne question… Un déchainement de violence de la part du détenu qui asséna un premier coup de poing d’une telle violence qu'il mettra la victime à terre, avant de lui asséner encore deux coups de pied au niveau du visage.


Il faudra l'intervention de plusieurs détenus sur cour de promenade pour éviter le drame en empêchant l'agresseur de s’acharner davantage et ainsi permettre à la victime aidée par un
détenu de sortir de promenade.


L'agresseur écopera d'une sanction de 30 jours de Quartier Disciplinaire dont 15 jours de sursis…

 

Une sanction que l'on peut considérer comme légère aux vues de la violence des coups portés. Mais cela ne s'arrête pas là…


Comment ce détenu violent peut-il sortir du Quartier Disciplinaire après seulement deux jours de prévention et en disposant d’une sanction à effectuer à une date indéterminée alors même que le Quartier Disciplinaire dispose de plusieurs places libres ???


Alors que l'acte a été reconnu par l'agresseur et filmé par nos caméras, comment cette personne peut-elle se retrouver en détention classique deux jours plus tard ?


Alors que nos Maisons d'Arrêt sont pleines à craquer avec plus de 170 matelas au sol, comment peut-on laisser instiller un tel sentiment d'impunité ?


Comment vont réagir les autres détenus face au retour de l'agresseur ? Quel message faites-vous ainsi passer Madame la Directrice Adjointe ?


Comment ce détenu, qui doit être considéré comme un détenu modèle à la vue de la faible peine et des arrangements qu'il a obtenu, va-t-il utiliser cette "chance" qui lui a été donnée ?


Qu’en est-il des poursuites pénales qui ne devraient pas tarder puisqu'en toute logique le parquet a très certainement été avisé de cette affaire ?


Le Bureau Local Force Ouvrière EXIGE, Madame la Directrice Adjointe, de vraies sanctions à l’égard de tels actes et non de pseudo-sanctions fractionnées qui ne signifient plus rien !

 

Le Bureau Local Force Ouvrière DEMANDE, Madame la Directrice Adjointe, à ce que vous fassiez le nécessaire afin de faire régner le calme, la sérénité et le respect dans nos détentions !


Le Bureau Local Force Ouvrière vous rappelle que les sanctions se doivent d’être dissuasives à toute récidive ! Le respect naît dans la discipline !

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr