Prison de Val-de-Reuil : Quel aveu de faiblesse !

 

Chers Collègues,

 

Nous constatons chaque jour que notre établissement sombre, en grande partie dû à l’incompétence de notre « grand directeur ». Par la note interne diffusée aux personnels le 12 novembre et qui encadre l’accès aux postes protégés, nous avons atteint un ridicule indescriptible. Celle-ci indique « Cette prescription d’interdiction s’applique aussi aux représentants du personnels (hors autorisations spéciales) Ces derniers disposent d’autres temps pour rencontrer leurs adhérents ». Monsieur le directeur, après la note INAPPLICABLE QUI MET EN DANGER LE PERSONNEL (récupération des barquettes et des couverts), voilà dorénavant la note de la provocation portant atteinte au droit fondamental du syndicalisme.

 

Quelle tristesse de s'inquiéter plus de la circulation des représentants des personnels dans l'établissement que des revendications légitimes qu'elles défendent !

 

Vous interrompez clairement le dialogue social

 

Celle-ci confirme les pensées de chacun d’entre nous, vous vous ennuyez clairement dans votre bureau. Courir à la DISP pour chercher puis dépoussiérer une note de 1991 montre une fois de plus toute l’attention que vous apportez aux problématiques importantes de votre établissement. En aucune manière les PRO (PCI - Rubrique 5) ou cette fameuse note du 13 Mars 1991 n'interdisent l'accès des postes protégés aux représentants des personnels. Cette note cadre le principe de fonctionnement de ces postes et notamment leurs accès. À aucun moment les " syndicalistes " sont nommés. Pour information, le bureau HB2 comme indiqué sur la note n'existe plus et Mr Jean Claude KARSANTY (signataire de cette note) à été DAP de 1990 à 1993 et qu'il est parti à la retraite le 27 mars 2003. Depuis, la gestion des établissements pénitentiaires a évolué. Nous sommes bientôt en 2020, il faudrait une remise à jour !

 

En tout état de cause, nous constatons que notre présence sur le terrain vous dérange ! Et bien, nous serons encore plus présents qu’auparavant. Nous constatons aussi tout le mépris et le non respect de l’accès des personnels à leurs représentants dans la seconde phrase de votre pamphlet « Ces derniers disposent d’autres temps pour rencontrer leurs adhérents ».

 

De plus, cette note nous confirme surtout le total soutien que vous apportez à votre « petit vizir » du quartier 2 qui ne cesse de chasser les agents et d’appliquer un management tel « un shérif de western » à qui l’uniforme semble lui octroyait une force surnaturelle. Le personnel a le droit à chaque briefing à une phrase déplacée ou inappropriée. Quoi de mieux afin de satisfaire votre « nouveau directeur adjoint » très en verve depuis un petit moment. Un directeur adjoint qui vous a enfin mis dans sa poche, un de plus. Les directeurs se succèdent et « le dieu de vdr » les manipulent à sa façon tout en les critiquant auparavant. Après avoir tout fait pour devenir le chef des détentions (création de poste, poste inexistant depuis la création de l’établissement) qui l’octroie une garantie de conserver son logement de fonction et quelques primes au passage, celui-ci n’est plus à présenter vu sa côte de popularité au sein du personnel. Au final, Monsieur le Directeur, vous allez droit dans le mur en apportant autant de crédit à « votre directeur adjoint » et en snobant le dialogue social. Les murs ont des oreilles à VDR et nous savons pertinemment qu’entre deux blagues malsaines lors de vos réunionites, ce personnage déverse toute sa méchanceté, sa jalousie et sa haine gratuite envers notre organisation syndicale. Les vérités font mal et nous sommes sincèrement désolés de faire notre travail. Un syndicalisme fondait sur l’honnêteté et la vérité.

 

Un major sécurité qui démissionne (poste essentiel d’un établissement), une directrice adjointe qui demande à quitter l’établissement, plusieurs membres de l’encadrement qui se sont plaints à la DISP de votre management,…il est tant de se poser les bonnes questions ! Face à cette situation explosive, au sentiment de mal être du personnel et à la gestion catastrophique de notre établissement, notre organisation syndicale prendra ses responsabilités très prochainement !

 

Le bras de fer que vous avez conçu seul aura un effet boomerang….

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr