Prison de Fleury-Mérogis : D3, violence démentielle !

 

Les journées des personnels pénitentiaires semblent rythmer par des agressions qui deviennent de plus en plus insupportables. Comment mettre un frein à ce cancer carcéral qui gangrène notre quotidien et démotive toute une profession !!

 

Dans ce contexte, le moral des personnels tous corps et grades confondus est en chute libre et nous sommes en droit d’attendre un soutien ferme de notre autorité par des gestes forts et fermes à l’encontre des agresseurs de personnel.

 

Le bureau local Force Ouvrière constate un ras bol généralisé dans nos rangs et une colère légitime qui déborde !!!

 

Ainsi vers 9h30 , lors de la distribution des cantines et sans raison apparente , à l’ouverture de la cellule, un détenu non signalé pour des troubles du comportement a forcé le passage pour se retrouver sur la coursive.

 

L’agent surpris a été déstabilisé, malgré ses multiples injonctions il n’a pas pu raisonner le détenu en proie à une « crise de démence ».Visiblement hors de contrôle, il se dirigea vers la grille de l’aile. Les renforts ont été nécessaire pour maîtriser le détenu dans sa folie.

 

Par ailleurs, l’intervention fut difficile et délicate au vu la résistance concédée par le détenu.

 

En effet, il s’est débattu violemment et n’a pas hésité à porter atteinte à son intégrité physique en se cognant la tête au sol. Malgré le menottage opéré, il était toujours virulent et persévérait dans « sa crise » en tapant sa tête volontairement contre les murs de la salle d’attente.

 

Au regard de son agitation, le médical a dû se déplacer sur les lieux pour le calmer. Le médecin de garde a été sollicité, ainsi que les pompiers et le SAMU.

 

Au final, les ELAC sont intervenus pour faciliter une injection par le corps médical avant son hospitalisation.

 

Le bureau local Force Ouvrière déplore cette agression où deux collègues ont été touchés et accompagnés aux urgences.

 

Le bureau local Force Ouvrière souhaite un prompt rétablissement aux collègues particulièrement traumatisés par cette agression.

 

Le bureau local Force Ouvrière, apporte son soutien indéfectible pour un personnel qui attend plus de considération pour leur profession.

 

Plus que jamais notre organisation vous appelle à redoubler de vigilance et à faire preuve d’une solidarité sans faille pour étouffer cette vague de violence.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr