Prison de Fleury-Mérogis : Déclaration liminaire du CHSCTD

 

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs

 

Nous ne pouvons décemment débuter cette première séance de l’année 2019 sans évoquer l’adoption par les députés le 15 mai 2019 de la fusion des comités technique et des CHSCT entre autres lors de l’examen du projet de loi sur la reforme de la fonction publique.

 

Une instance unique devrait donc être créée et appelée : comité social d’administration.

 

Pour Force Ouvrière cette fusion aura pour conséquence d’affaiblir et diluer le rôle des représentants syndicaux. Notre détermination à combattre ce projet néfaste reste intacte et doit se traduire par de nouvelles mobilisations le plus large possible.

 

Force Ouvrière rappelle une nouvelle fois son attachement à ces deux instances distinctes nécessaires à la défense des droits du personnel, à la protection de la santé physique et mentale et à la sécurité des agents dans leur travail.

 

Notre organisation dénonce cette fusion à l’allure comptable au détriment des personnels.

 

Dans la continuité de sa ligne de conduite, Force Ouvrière tiens à réaffirmer l’importance de garantir l’application des décisions prises lors des CHSCT afin que cette instance soit une réelle plus value pour nos collègues et non pas une formalité administrative obligatoire .

 

Pour rappel le 14 juin 2018, les organisations professionnelles siégeant dans cette instance ont voté à l’unanimité la mise en œuvre d’une enquête dans le cadre de l’article 53 du décret du 28 mai 1982, suite au suicide en mai 2018 d’un agent de la MA Fleury-Mérogis. A ce jour, presque un an après cette décision toujours aucune délégation ne s’est réunie et aucune avancée n’a été effectué sur ce dossier.

 

Comment prendre au sérieux les décisions de ce comité si même les possibilités d’actions de cette instance départementale ne sont pas respectées ?

 

Par ce constat, Force Ouvrière sollicite légitimement des éléments de réponses sur l’état de cette enquête.

 

Par ailleurs, notre organisation pointe les nombreux dysfonctionnements au sein de la maison d’arrêt des Femmes de Fleury -Mérogis en raison de la vétusté de la structure.

 

Cette situation provoque une réelle détérioration de l’intégrité physique et mentale ainsi qu’un grave impact sur la sécurité des hommes et des femmes qui travaillent au quotidien dans cet établissement.

 

La dangerosité de leurs missions est un fait, malgré tout Force Ouvrière ne pourrait cautionner la mise en danger des personnels liée à la détérioration de leur environnement de travail .

 

Malgré les nombreuses remontées de Force Ouvrière concernant l’état de délabrement de la MAF de FleuryMérogis, le 09 mai dernier une surveillante a été victime d’une électrisation lors d’un contact avec un interrupteur nécessitant une prise en charge hospitalière.

 

Par conséquent, l’audit électrique réalisé récemment doit faire l’objet de la mise en œuvre d’un calendrier afin d’effectuer les travaux d’urgence.

 

Au regard des éléments portés à votre connaissance et les difficultés rencontrées par les personnels œuvrant au sein de la Maison d’Arrêt des femmes de Fleury-Mérogis, Force Ouvrière demande conformément à l’article 52 du décret du 28 mai 1982 la mise en place d’une visite du site par une délégation du CHSTCD .

 

Plus que jamais la préoccupation des conditions de travail des personnels doit être au cœur de cette instance dans le respect de ses différents champs de compétences et des actions menées pour prévenir les risques professionnels.

 

Les membres du CHSCTD Force Ouvrière

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr