Prison de GAP : Déclaration Liminaire du Comité Technique

29/04/2019

 

Monsieur le Président du Comité Technique, eu égard à la gestion alarmiste de la Maison d’Arrêt de GAP, FORCE OUVRIÈRE, par le biais de sa déclaration liminaire, souhaite dénoncer dans cette instance mais aussi informer notre Direction Interrégionale de la situation de votre établissement.

 

En effet, nous avons été destinataires depuis une semaine et à notre demande de l’ordre du jour qui au regard de son contenu est bien loin du reflet de la réalité !

A lire ce dernier, tout va bien dans le meilleur des mondes….

Nous sommes malheureusement à des années lumières de cette réalité…

 

Nous souhaitions décliner notre déclaration en plusieurs points jusqu’à l’arrivée de la prose du « Major » par le biais de son « Audit » établi à votre demande.

 

Alors là ! Nous avons décroché le pompon…

 

Monsieur le Président, pourquoi avoir eu recours à un régisseur des comptes nominatifs et chargé local de la sécurité informatique pour établir cet audit ?

N’aurait-il pas été souhaitable de le faire vous-même avec l’aide de votre Adjoint ?

N’aurait-il pas été judicieux de proposer aux Organisations Professionnelles de travailler sur ce sujet ?

 

FORCE OUVRIÈRE vous rappellera au passage, car la mémoire est très éphémère sur la Maison d’Arrêt Gapençaise, que vous avez sollicité la mauvaise personne pour l’élaboration de cet « Audit ».

Souhaitez-vous que nous vous rappelions le passif de l’intéressé ?

 

Les jours passent et se ressemblent…

 

Bref, nous en sommes donc à disséquer les propositions de notre Major puisque tel est votre désir…

Selon lui et son retour dans le passé, Il arrive à la conclusion suivante :

 

« les postes fixes doivent être supprimés et leurs missions doivent être réparties sur les Agents de détention ! »

 

10 pages pour nous pondre une absurdité pareille ! Et le tout pris sur son temps de travail……

 

FORCE OUVRIÈRE rappelle à ce brave homme que depuis la nuit des temps dans notre Administration et dans toutes les prisons de France et de Navarre, il a toujours existé des postes fixes et des postes de détentions.

Pourquoi ferait-on différemment sur GAP ?

 

D’ores et déjà, pour FORCE OUVRIÈRE la réponse est NON !

Nous n’accepterons certainement pas cette proposition complètement farfelue.

 

D’autre part, pour continuer dans cette phase de delirium, notre Major nous indique une phrase importante :

« Les postes fixes ont des missions spécifiques qui nécessitent l’acquisition de compétences techniques particulières…. »

 

Et ce Monsieur, veut étendre ces compétences à l’ensemble des Agents de l’établissement qui occuperaient ces missions sur des périodes ponctuelles en utilisant des postes à coupure…..

 

Bonjour le paradoxe ! Dites-nous que c’est une blague ?

 

Nous continuons, notre Major fait l’apologie des relations humaines des Personnels postés et non postés.

Si les relations se sont dégradées, et c’est un fait, il faut aller au fond des choses et surtout à sa genèse…..

Avant toute chose, nous rappelons que notre Major aime à dire qu’il est le responsable des postes fixes : Postes fixes qu’il a commencé à mettre en civil…..

 

Pour FORCE OUVRIÈRE, nous pensons que si vous voulez une meilleure osmose entre les Personnels, il faudrait commencer par éviter de créer des différences entre eux !

 

Pour rester sur ce sujet et selon l’arrêté du 04 janvier 2016 relatif à l’uniforme des membres du personnel de Surveillance, notre poste fixe ne rentre en aucun cas dans les dispenses du port de l’uniforme…..

Mais charité bien ordonnée commence par soi- même, notre Major à poussé le vice à se faire faire une note personnalisée, lui permettant depuis le 24 janvier 2017 d’oublier ce qu’était une tenue bleue !!!!!!

 

Le fait de ne pas porter l’uniforme les exempts des diverses missions de la vie en détention, deuxième point qui favorise les tensions entre les fixes et la détention.

 

En termes de sécurité, et sur une petite structure comme la nôtre, la présence physique de « bleu » est fondamentale !

Là encore nous faisons l’impasse sur deux personnels.

 

Nous en arrivons au chapitre « CALIMERO »

 

Toujours selon notre Major, les postes fixes sont submergés de travail à l’inverse de leurs collègues de détention.

Pour lui, l’extrême stress lié à la situation engendrerait une volonté de démission imminente ou dans un premier temps un congé maladie…..

 

À ce stade, FORCE OUVRIÈRE est obligé de faire un point sur une situation récente : Le départ en congé annuel de notre intérimaire « magasinier ».

A deux reprises et sur deux périodes de congés posées par celui-ci, la détention déjà en sous effectifs et au bord de l’implosion a dû palier ces absences !

Notre poste fixe « cantinier / vaguemestre » ne s’est pas senti concerné sur la première période.

 

Pour mémoire, il s’est vu octroyer deux demi-journées par son responsable, le Major, du fait que celui-ci n’avait plus rien à lui faire faire….

Surprenant pour un agent débordé ?

Pour la deuxième période, un CMO le fait disparaître de la circulation…

Ce doit être l’extrême stress dont voulait parler notre Major !…..

 

Nous poursuivons sur le chapitre des Premiers Surveillants.

Toujours selon notre Major qui ne s’associe aucunement à ce Grade :

« les 1ers Svt ne semblent pas en capacité de reprendre en mains les équipes….etc. »

« Le désengagement de l’encadrement intermédiaire…..etc. »

 

FORCE OUVRIÈRE demande à notre Direction que soit rappelé à notre Major que lui aussi fait partie de ce qu’il qualifie vulgairement « d’encadrement intermédiaire » afin de ramener cet opportuniste à sa juste place.

De lui rappeler également, qu’il a une grande part de responsabilité dans ce chaos dans la mesure où à force de préserver sa petite caste en lui accordant quelques passes droits, nous en sommes arrivés à ce que les relations deviennent exécrables entre la détention et le poste fixe !

Enfin, de lui demander dénaphtaliner sa tenue, de le sortir de son poste feutré afin qu’il nous montre ses talents de management !

 

Pour finir, sur le chapitre de la venue du DIOS proposée par notre Major.

FORCE OUVRIÈRE est opposée dans la mesure où une charte des temps en date du 13 janvier 2016 a été établie, approuvée et signée.

FORCE OUVRIÈRE refuse donc toutes modifications du fonctionnement du service actuel, postes fixes compris !

 

En conclusion FORCE OUVRIÈRE ne validera certainement pas l’audit de votre Marionnettiste !

 

FORCE OUVRIÈRE souhaite que cette déclaration liminaire soit jointe au procès verbal pour transmission à la DISP Marseille.

 

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr