Prison de Nice : Du grand MENDES

15/04/2019

 

Il parait que La maison d'arrêt de Nice vit des jours paisibles... En apparence seulement car deux protagonistes ont décidé de semer le trouble et de mettre en danger les agents.

 

Dans un premier temps, le détenu T. décide de faire un caprice devant les 2 gradés et le surveillant du quartier disciplinaire.

 

Monsieur exige de récupérer son linge. Alors que l'un des gradés accepte gentiment sa requête, cet individu croise le regard de l'autre gradé, le provoque et commence à faire son cinéma.

 

L’énergumène s’excite tout seul, fait des grands gestes en direction des personnels et devient de plus en plus menaçant !

 

C'est alors que, dans la pus grande confusion, l'un des gradés réussit à déclencher l’alarme coup de poing. 

 

Entre en jeu le 2ème protagoniste : l'excellent gradé de bâtiment

 

Suite au déclenchement de l'alarme, les renforts arrivent. Enfin... ils arrivent... c'est un grand mot... Les agents des autres bâtiments sécurisent immédiatement leurs étages et descendent prêter main forte.

 

Et là, le professionnalisme parle ! le gradé de bâtiment se met en opposition face aux collègues et leur ordonne de ne pas venir en renfort. "C'est pas la peine ils sont déjà assez".

 

Sauf qu'il n'y a personne en renfort... ces derniers tardent à arriver !

 

Manifestement, ce gradé, ne semble pas prendre toute la mesure de la situation.

 

Pendant ce temps les collègues du QD ont toutes les peines du monde à venir à bout de l'excité.

 

Heureusement la gradé de l'autre bâtiment enverra ses agents 5 minutes après, et ils mettront fin, tous ensemble, à l'incident !

 

Mais, il peut s'en passer des choses en 5min... La chance a été du côté des personnels, pour cette fois.

 

Qu'a-t-il bien pu passer par la tête de ce premier surveillant ?

 

Venir en renfort en urgence sur une intervention, ce n'est pas ce qu'on apprend à l'ENAP ?

 

Comment un gradé, censé être responsable, peut-il laisser ses collègues en danger ?

Lire le communiqué

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr