UISP-FO Nouvelle Aquitaine : L’INSULTE GRATUITE EST L’APANAGE DES FAIBLES

 

Voilà une phrase qui pourrait être associée à de nombreux moutons de Panurge, qui s’identifient à leur SG, quand il s’agit d’utiliser des injures pour un oui ou pour un non.

 

Voici, entre autres, quelques petits florilèges de l’éducation ordurière de «soi-disant» représentants syndicaux...

 

« Arrêtez de nous chier à la gueule »

« A force de cracher en l’air, ça finit toujours par vous retomber sur la gueule »

« Du fait du nombre incalculable de saloperies »

 

Nous pourrions aussi parler des menaces physiques et des insultes aux égards d’un représentant local, de la part d’un 1er Surveillant aujourd’hui à Bordeaux-Gradignan, mais ça lui ferait trop d’honneur, surtout vu le niveau d’intérêt de la personne qui navigue proche du caniveau où il se sent le plus à l’aise.

 

Aujourd’hui, vous qui crachez votre venin, en essayant de redorer votre blason via des tracts nauséabonds et avilissants, vous montrez en fait que votre non-adhésion à l’intersyndicale n’avait pour seul but, la chute de celle-ci, afin de vous gargariser, au lieu de penser à l’avenir des collègues.  
 
Ce qui est le plus triste dans cette addition de tracts abjects et indécents, c’est que vous pensez être légitimes. Alors que vous vous cachez derrière votre protocole de la honte qui n’est qu’une insulte de plus, faite à l’ensemble des personnels dont vous avez oublié l’existence, et ce, en attendant un nouveau mouvement de protestations pour demander des comptes. (Lol)

 

Continuez d’être ce que vous êtes, SERVILES ET SOUMIS, et vous pourrez continuer à vomir votre haine sur Force Ouvrière
 
Puisque vous êtes persuadés d’avoir la science infuse, d’être les meilleurs, de détenir la vérité et d’avoir obtenu d’innombrables avancées, pourquoi avez-vous perdu les élections professionnelles ? 
 
Peut-être que «baisser votre froc», aujourd’hui encore dans la mémoire de chacun d’entre nous, y est pour quelque chose. Et cet état de fait n’a strictement rien à voir avec un récent tract Neuvicois.

 

Cette guéguerre syndicale n’apporte rien de bon à notre combat quotidien face à l’insécurité permanente et face au mépris ministériel grandissant.

 

Au lieu de vous victimiser, reprenez le chemin de la raison ! Le bien-être et le futur des collègues devraient être prioritaire. Et non vos tracts sectaires et malsains.  
 
Ce que veulent les personnels de surveillance aujourd’hui et de demain, ce ne sont pas des insultes ou encore des menaces permanentes, mais de réels changements dans leur gestion quotidienne.

 

Ne soyez pas minimalistes, en vous pavanant avec votre protocole. Il faut voir plus grand. Et pour cela, il ne faut pas rester dans votre coin en attendant que les autres O.S. trébuchent ou restent à quai, parce que tout ceci fait le jeu du ministère. Et peut-être le votre ?

 

Force Ouvrière n’a peut-être pas obtenu ce qu’elle voulait, mais elle a tendu la main aux autres organisations syndicales, sans distinction, dans le seul but d’œuvrer pour l’obtention de moyens supplémentaires pour les agents.

 

Contrairement à vos nationaux, La base UFAPIENNE aurait sans doute souhaité une union.

 

Il est dommageable pour tous les agents, que l’avidité, la rancœur et la haine soient aussi nuisible pour la profession.

 

Notre conviction est : il  est préférable de  mettre un genou à terre  plutôt que s’agenouiller en permanence... 


Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr