Prison de Fleury-Mérogis : Déclaration Liminaire du CHSCT

 

Madame la Directrice, Messieurs, Mesdames

 

Ce premier Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail pour l’exercice 2019, s’inscrit dans un contexte particulier de mouvement social de notre organisation professionnelle entre autres pour faire aboutir les revendications légitimes de près 60 % des personnels. Ainsi depuis le mois de janvier une intersyndicale milite pour ouvrir une négociation portant sur l’attractivité, le pouvoir d’achat, la sécurité et la revalorisation professionnelle.

 

Pour rappel, les élections professionnelles du 06 décembre 2018 ont dessiné de façon assez significative un nouveau paysage syndical en termes de représentativité. Par conséquent la section locale Force Ouvrière devient le syndicat majoritaire dans cette instance et renforce ainsi son rôle comme interlocuteur incontournable sur notre établissement.

 

De même le mandat confié lors de cet exercice démocratique par les personnels nous engage et vous engage également à poursuivre un dialogue social constructif et nourri avec les acteurs de notre établissement. Et nous mesurons pleinement la hauteur des responsabilités qui nous incombe.

 

Le Comité d’Hygiène, de Sécurité des Conditions de Travail est une instance de concertation chargée en autre de contribuer à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité des agents dans leur travail.

 

Par conséquent notre organisation souhaite la mise en œuvre d’un calendrier prévisionnel des réunions ordinaires de cette instance avec un minimum de 3 fois par an. Encore une fois nous déplorons l’absence de documents en lien avec l’ordre du jour.

 

Notre organisation fait aussi un constat accablant sur les agressions physiques et verbales qui sont devenues le lot quotidien de l’ensemble des personnels œuvrant au sein de notre établissement. Ces agressions sous toutes ses formes ne doivent pas être banalisées et sont à l’origine en partie du malaise de notre profession. De même, le harcèlement moral bien que sournoise et insidieuse doit faire l’objet d’une meilleure prévention. La souffrance au travail se traduit également par l’absentéisme ambiant, l’épuisement professionnel, le burn-out, charge et rythme de travail.

 

Par ailleurs notre organisation sollicite une expertise sur la santé des personnels dans leur milieu professionnel.

 

De ce fait, notre organisation incite la directrice de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis à donner des instructions pour que les chefs des différents services intègrent les risques psychosociaux dans leurs pratiques managériales.

 

À travers cette déclaration liminaire nous tenons à souligner aussi notre positionnement pour le maintien et le renforcement de cette instance de proximité tant dans la participation à l’amélioration de la prévention que de la rénovation du dialogue social.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr