EPSN Fresnes : Vidéo verbalisation

 

La vidéo surveillance installée à des fins sécuritaires ne doit pas servir à filmer en continu les agents pour en assurer le contrôle.

 

Les agents n’ont pas été informés que ce dispositif permettrait de contrôler leur activité.

 

Les images produites par les caméras de surveillance servent-elles à sanctionner le personnel ?

 

Les agents de l’EPSNF se sentent épiés, surveillés à tout instant.

 

Le moindre petit écart de comportement est enregistré et peut servir à sanctionner le personnel.

 

À regarder son écran de vidéosurveillance toute la journée, comme une émission de télé réalité, il est facile d’en observer des petits écarts de comportement.

 

Mais pour autant ces écarts mettent-ils en péril l’établissement ?

 

Nul n’est parfait mais les agents de l’EPSNF ont toujours répondu présent lors d’événements tels que tentatives d’évasions, agressions etc…….

 

Les abus existent déjà et risquent de se multiplier face à un système de surveillance en voie de généralisation et de banalisation.

 

Ce système de vidéo doit avoir pour objectif de garantir la sécurité du personnel, il ne doit pas avoir pour effet d’espionner celui-ci.

 

Le recours à la vidéosurveillance doit être justifié par la finalité légitime et être proportionné au but recherché.

 

Le respect de l’intimité de la vie privé des agents est primordial même au travail.

 

Les caméras ne peuvent pas être figées sur un poste de travail ou une personne particulière.

 

Elles doivent davantage filmer les portes d’accès que les pupitres des surveillants ou leurs postes de travail.

 

Cette surveillance constante et permanente tire vers l’harcèlement.

 

L’harcèlement apporte de la souffrance au travail qui peut se traduire par la phase ultime, le suicide.

 

Un suicide résulte probablement de la conjoncture de plusieurs facteurs, il est difficile de faire la part du privé et du professionnel, le drame survient souvent quand les difficultés personnelles viennent s’ajouter à la pression du travail.

 

Force Ouvrière demande à ce que les caméras ne soient pas positionnées en direction du pupitre des surveillants.

 

Force Ouvrière demande à ce que la politique de l’établissement se recentre sur la population pénale.

 

Force Ouvrière exige que ces caméras ne soient pas utilisées à des fins disciplinaires.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr