Prison de Nantes : TIC ET TAC, épisode 1

27/01/2019

 

Le 27 novembre 2013, Stéphane Goetz s'évadait du CHU de Nantes au cours d'une extraction médicale.

 

Profondément marqué par ce douloureux événement on aurait pu penser que l'ensemble des personnels gardaient en mémoire cette terrible évasion.

 

Malheureusement à Nantes deux de nos plus hauts cadres du centre de Détention vivent toujours à bisounoursland et de leurs bureaux ne prennent pas beaucoup de risques quant à leur intégrité physique.

 

Tant pis pour les personnels pénitentiaires, pour les personnels médicaux ou les citoyens qui pourraient payer au prix fort les légèretés et l'inconscience de nos deux larrons.

 

Ainsi, par la grâce de nos bonnes fées le centre pénitentiaire de Nantes doit être le seul établissement de France à accorder des sorties médicales à la carte à un détenu parfaitement valide physiquement condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

 

Alors qu'il est écrit qu'il faut bien serré les menottes car le détenu est capable de retirer ses menottes on allège ses moyens de contrainte et on ordonne de lui retirer tout moyen de contrainte lors des consultations en milieu hospitalier en totale non conformité et contradiction avec les règles de l'établissement et d'ailleurs.

 

Qu'il est plus facile pour un futur cadre de catégorie A de faire le garde champêtre sur le parking de l'établissement que d'oser dire à un détenu condamné en RCP qu'une consultation médicale en milieu extérieur se fait avec des moyens de contrainte.

 

Qu'il est facile d'envoyer au casse-pipe ou à l'abattoir des personnels quand on reste dans son bureau ou quand on est dans son lit.

 

Le syndicat local Force Ouvrière personnels de surveillance du CP de Nantes constate malheureusement que le diagnostic du Directeur intérimaire du CP était bon et regrette que la restructuration amorcée n'ait pas été salvatrice.

 

Le syndicat local Force Ouvrière personnels de surveillance demande à la Direction du centre pénitentiaire de Nantes de reprendre la main et d'abroger ce régime dérogatoire afin d'assurer au mieux la sécurité des personnels.

 

Le syndicat local Force Ouvrière personnels de surveillance regrette que nous allons devoir assister à un second épisode la semaine prochaine quand Tic et Tac vont nous présenter l'application de la note nationale sur les rondes de nuit et sa déclinaison locale fort originale.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr