Prison de Clairvaux : L'acharnement prononcé

27/11/2018

 

Dans l'actualité des dernières semaines nous dénoncions l’attitude méprisante de la DAP envers notre établissement, à savoir les transferts de profils MOS et DPS dans notre structure qui n'est plus aussi bien adaptée qu'avant, l' avancement des collègues aux oubliettes, l'organigramme bafoué ou encore le retard dans le paiement d'échelons et d'heures supplémentaires.

 

Nous sommes de nouveau en droit de nous interroger sur la position dictatoriale de l'ENAP en ce qui concerne l'affectation des lieux de stage.

 

Comme stipulé dans l'art. 11 de l'arrêté portant sur l'organisation de la formation statutaire des surveillants en date du 26 octobre 2018, nous citons : « le directeur de l'école d'administration pénitentiaire décide des affectations sur les lieux de stage ». Ces lieux de stage étant proposés par les Directeurs Interrégionaux à l'ENAP, CLAIRVAUX figurait sur la liste.

 

C'est donc de façon injustifiée et dans l'acharnement semblable à celle de la DAP que Madame B. a refusé dorénavant d'affecter tout stage d’élèves à notre établissement, notamment la 198ème promotion. Le prétexte étant que la maison centrale n'est pas un lieu formateur et que ce n'est pas une priorité en soi.

 

Très curieusement nous constatons que toutes les autres centrales de France ont reçu des élèves.

 

Rappelons également que CLAIRVAUX est muni d'un pôle formation et d'hébergements, ainsi la lettre de cadrage établie par Madame B. portant justement sur le suivi, l'accueil et l’hébergement des élèves est mise à exécution parfaitement.

 

Inutile de souligner que les établissements ne pouvant pas s’assujettir à cette mesure par manque de moyens humains ou structurels, reflètent un manque de suivi des élèves qui sont livrés à eux même avec les clés au bout de 4 jours seulement. Pour exemple la MA d'Epinal dépourvue de formateur qui se voit octroyée un stage d'élève.

 

Utile est de rappeler que la DI de Strasbourg relayée par l'URFQ avait demandé un changement de lieu de stage au bénéfice de CLAIRVAUX et cela était justifié géographiquement car 4 élèves vivaient à moins de 20 km de l'établissement.

 

FORCE OUVRIÈRE décrit ces agissements comme une forme de DICTATURE PEDAGOGIQUE menée par Madame B. dans tout le mépris qu'elle nous porte. La RAISON ? Inconnue !

 

Cette façon non démocratique va de concordance avec les procédés de la DAP, une façon peut-être de s'attirer les bonnes grâces.

 

Dans la situation actuelle de notre établissement , la venue d'élèves apporte un air de renouveau, de la motivation et aussi du soutien. Quant à l'élève il s'agit d'un établissement chargé d'expérience lui apportant lots de bons conseils pour sa future carrière. La maison centrale développe le sens de l'observation, fonction principale du surveillant pénitentiaire et certainement la plus importante. Ce n'est pas en courant sur une coursive que ce sens est porté à l'apprentissage.

 

FORCE OUVRIÈRE demande à MADAME B. de réviser sa copie et d'arrêter de se foutre du monde. Ce mépris ne peut plus durer.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr