Prison de Fleury-Mérogis : TENTATIVE D'ASSASSINAT au bâtiment D5

 

La situation ne cesse de se dégrader au sein de nos détentions. Ainsi les agressions et les insultes polluent notre profession et mettent en péril notre sécurité. Cette souffrance quotidienne qui détruit peu à peu le moral de toute une profession ne saurait être étouffée par les sanctions administratives et pécuniaires envers les personnels.

 

De même ce n’est pas le passage de la Contrôleuse Générale Des Lieux Privatifs de Liberté (CGLPL) et ses collaborateurs dans nos murs qui va améliorer NOTRE quotidien !!

 

Ni la connivence à peine maquillée de certains syndicats pro-détenus qui prônent ouvertement l’amélioration des conditions de détentions des détenus en gage de meilleures conditions de travail pour les surveillants !

 

Ces agressions rappellent inlassablement l’angélisme coupable de ceux qui portent de tels discours !!

 

Aussi, aux environs de 10h30, un de nos collègues affecté à l’aile milieu du 2e étage se rend à la cellule d’un détenu pour effectuer une mutation planifiée. À l’annonce de cette mutation le détenu s’énerve et bouscule l’agent qui se retrouve au sol. Déterminé à en découdre avec l’agent, il sort un pic de 15 cm en bois taillé et dissimulé sur lui.

 

Il saute alors sur notre collègue en lui portant les coups avec acharnement.

 

L’agent fut touché à trois reprises au niveau du cou, près de la carotide, et sur le haut du dos. L’intervention des collègues a été salutaire et un autre collègue s’est fait mordre durant la maîtrise du forcené.

 

Au vu de ces éléments, la seule chose qui sauve la vie de notre collègue, si on peut l’écrire ainsi, est que l’arme artisanale n’était pas suffisamment taillée !

 

Choqué, notre collègue est rapidement conduit aux urgences, accompagné par un assistant de prévention. Le détenu est immédiatement mis en prévention.

 

Au regard de la gravité des faits et de la préméditation, le bureau local Force Ouvrière demande la comparution immédiate du détenu devant le TGI d’Évry, ainsi que son transfert à l’issue de sa peine de quartier disciplinaire, qui doit être exemplaire !

 

Le bureau local Force Ouvrière accompagnera notre collègue dans ses démarches administratives et judiciaires.

 

Le bureau local Force Ouvrière félicite l’ensemble des personnels, tous corps et tous grades confondus, pour leur professionnalisme et la prise en charge rapide des surveillants touchés.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr