Prison de Condé-sur-Sarthe : La vérité de l'UFAP est encore un Mensonge !!!

 

Cher représentant local UFAP, au sein du Bureau Local Force Ouvrière nous ne comprenons pas pourquoi tu prends notre dernier communiqué pour toi puisqu'il vise les décisions de l'UFAP au niveau national. Toi qui confies devant témoins que tu te fiches de l'UFAP et que ce qui t'intéresse, c'est le détachement permanent. Toi qui scandais que le relevé de conclusion signé par ton national était de la merde. Toi qui représente aujourd'hui l'UFAP, tu la critiquais hier localement et nationalement ! Tu comprends alors notre étonnement face à ton « droit de réponse ».

 

Force est de constater que tes actes ne rejoignent pas tes pensées !

 

Tu te sens agressé parce qu'en réunion nous nous sommes permis de t'expliquer ce qui avait déjà été convenu avec la Direction concernant le service 3/2. Tu nous sembles quelque peu susceptible à moins que ce ne soit pour toi qu'une façon de justifier ce que tu voulais vraiment : la guerre (comme tu dis). Critiquer ce qui à été fait est sûrement pour toi la seule façon d'exister, puisqu'à ce jour, tu n'as rien proposé, mis à part des mensonges ! Ce qui te gènes au fond, c'est que nous ne te laissons pas t'approprier ce que Force Ouvrière a déjà obtenu pour le service. Nous ne te laissons pas répandre tes escobarderies auprès des collègues, parce que nous, contrairement à toi, n'avons pas d’intérêts individuels dans le syndicat.

 

FO est là pour représenter le personnel !

 

Tu ne nous jugeais pas si mauvais lorsque tu signais ton adhésion à Force Ouvrière seulement quelques semaines avant de reprendre l'UFAP. Pour preuve, nous avons encore ta carte d'adhérent dans le bureau. Juste pour témoigner de l'importance que tu donnes à ta parole.

 

Quant aux suppressions de postes dont tu tentes de nous rendre responsable, saches qu'elles ne déplaisent pas à tous les personnels. Mais il faut savoir tendre l'oreille et savoir pourquoi elles ont été décidées par la Direction

 

Nous t'invitons à relire les comptes-rendus des CTS. Tu rattraperas ton retard et apprendras d’où l'on vient. Tu t’apercevras que le chemin parcouru n'est pas si mauvais que tu essaies de le faire croire.

 

Pour ton enseignement, l'agent promenade a été supprimé pour créer un mouvement R ; car avant que tu n'arrives sur l'établissement, les agents d'étages ne connaissaient pas le binômage. La nuit est passée à 15 parce que la PEP est devenue dormante !!! Et tu as raison pour le poste d'adjoint atelier, il n'a servi qu'a une seule personne. Une personne en poste fixe qui se trouve dans ton syndicat. Son poste a été supprimé, nous nous retrouvions avec un agent en trop aux ateliers. C'était ça ou elle retournait en 3/2. Renseignes-toi auprès d'elle, tu verras qu'elle ne s'en plaindra pas.

 

On aurait pu t'expliquer tout cela si tu étais venu t’enquérir à la source.

 

Tu penses pouvoir imposer ton point de vue à l'administration, c'est peut-être pour cette raison que tu te permets autant de promesses. Saches qu’on ne t'en veux pas pour toutes tes maladresses et tes méconnaissances.

 

Quant à tes promesses, tu t'en expliqueras

lorsque tous les déçus reviendront te voir.

 

Tu parles de sanctions pour les collègues de janvier ! Si elles vous gênent tant à l'UFAP, pourquoi ne les avez-vous pas négociées à l'issue du mouvement que vous avez lapidé en même temps que l'espoir qu'il représentait. Mais soyons clairs, tu fais semblant de te sentir concerné car à aucun moment tu n'as été inquiété par les sanctions. Lors du mouvement social, tu étais aussi présent devant l'établissement que le soleil et nous savons tous, sauf toi, à quel point le ciel était nuageux.

 

Tu parles de l'augmentation du pouvoir d 'achat pourtant tout le monde sait que sans Force Ouvrière rien n'aurait été négocié au niveau indemnitaire. Il aurait suffit que tu vives le mouvement pour le savoir.

 

En ce qui concerne tes détachements, tu fais comme tu veux, mais ne nous reproches pas la propagation des rumeurs. Tu nous accordes beaucoup trop d'importance ! Après, comme on dit, il n' y a pas de fumée sans feu. Tu ne peux empêcher les collègues de s'apercevoir de l'absence des membres de ton bureau lorsque ceux-ci sont détachés. Cela fait tout au plus un mois que tu viens sur ton temps libre pour tes activités syndicales et voilà que tu t'en vantes déjà ! Tu es effectivement revenu sur un CA mais pour déposer un tract sur lequel tu nous accables de tout. Où était l'urgence ?! Nous espérons que tu sauras revenir lorsqu'il s'agira de faire des tracts plus courageux !!!

 

On retiendra que le premier communiqué que tu as rédigé

est contre un collègue.

 

On peut dire que tu sais discerner les priorités, pour quelqu'un qui pense que tout va mal à Condé et qui dit prôner l'union.

 

Tu débarques dans tes petits chaussons confortables, pour critiquer ce qui a été fait sur l'établissement depuis son ouverture. Tu dénigres le travail des collègues qui ont donné de leur personne pour que tu connaisses la détention telle qu'elle est aujourd'hui. Si le constat est si mauvais, pourquoi n'as-tu rien fais depuis ton arrivée sur l'établissement ?

 

Tu nous reproches de diviser les personnels mais n'est-ce pas toi qui lors d'un COPIL QER-QPR a dit, encore une fois devant témoins, que les longues journées étaient des feignants qui ne voulaient pas faire de nuits !!

 

Tu as tenté la démagogie, l'appropriation et le dénigrement.

 

Nous te conseillons l’ honnêteté et la vérité (à moins qu'elle ne soit pas belle à voir !).

 

Jusqu’ici les personnels de Condé étaient épargnés de ces méthodes abjectes et si cela est la seule chose que tu peux apporter, alors Condé ne manquait de rien.

 

Tu dis regarder l'avenir avec confiance, alors que nous, le Bureau Local Force Ouvrière sommes inquiets, c'est sûrement que nous n'avons pas les mêmes objectifs. Discutes - en avec tes collègues, tu verras s’ils sont autant confiants que toi... 

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr