FIDÉLISATION DES PERSONNELS : De l'histoire au projet... Un abysse !

12/11/2018

 

Depuis bien des années, FO Pénitentiaire a mené un combat sans pareil pour qu’enfin, l’attractivité de notre métier soit ressentie par nos dirigeants comme une priorité incontestable et, n’avons eu cesse de réclamer une inspection qui, une bonne fois pour toute, recense de façon officielle, les difficultés exprimées par les personnels de surveillance dans l’exercice de leurs missions.

 

D’ores et déjà des déperditions en effectifs de tous grades parmi le personnel de surveillance étaient enregistrées par la DAP, à l’issue de chaque CAP de mobilité, à tel point d’ailleurs qu’un rapport dressé par l’Inspection Générale des Services Judiciaires était rendu public en Août 2015. Il faisait état de certaines mesures visant à renforcer l’attractivité du métier de surveillant et la fidélisation des Personnels de l’Administration Pénitentiaire.

 

Parmi ces mesures figurait, entres autres, le versement d’une prime de fidélisation pour contenir le départ des personnels qui, depuis plusieurs années, s’orientent vers d’autres administrations. En novembre 2015, une intersyndicale composée de quatre syndicats représentatifs des personnels FO Personnels de surveillance, FO Personnels Administratifs, UFAP et CGT engageait un mouvement social d’ampleur nationale, qui a été suspendu en raison de l’État d’Urgence décrété en France le 13 novembre 2015 suite aux attentats terroristes.

 

L’entente syndicale a été reçue à l’Élysée par le Président de la République, un entretien au cours duquel le Chef de l’État exprimait son engagement à déployer des moyens en matière d’action sociale et moyens financiers pour revaloriser le statut des Personnels.

 

Cet engagement s’est concrétisé par la signature d’un relevé de conclusions en Décembre 2015 à Vendôme entre les secrétaires généraux des 4 Organisations Syndicales ci-dessus mentionnées et Mme TAUBIRA, alors Ministre de la Justice. Dans ce relevé de conclusions est très clairement inscrit le principe d’une prime de fidélisation.

 

Par conséquent, les personnels doivent savoir aujourd’hui qu’au regard d’ambitions électorales, nul ne peut s’approprier un tel projet pour le compte de sa propre Organisation Syndicale ! et surtout pas JF. FORGET, Secrétaire Général de l’UFAP-Unsa JUSTICE qui une nouvelle fois, ment aux personnels. La fidélisation des Personnels n’est pas issue du relevé de Conclusions de janvier 2018, mais une ambition bien plus ancienne. Nous n’avons pas le droit de trahir les personnels que nous représentons. Au contraire, nous vous devons la vérité !

 

Le projet qui porte sur le versement d’une prime de fidélisation qui nous sera présenté prochainement au CTAP n’est pas celui de l’UFAP mais bel et bien celui de l’Administration Pénitentiaire et du cabinet ministériel. Cette prime est bien loin d’ailleurs, tant dans ses conditions d’attribution que du montant à verser aux surveillants, de celle qu’avait proposé FO Pénitentiaire dès 2016.

 

En effet, n’en déplaisent à nos détracteurs, FO Pénitentiaire reste encore la seule Organisation Syndicale à avoir transmis un projet ambitieux le mardi 11 octobre 2016 à l’ancien Directeur de l’Administration Pénitentiaire, Philippe GALLI (photo à l’appui). Un projet ambitieux et reconnu pertinent que nous tenons à disposition et qui aurait permis le versement d’une prime graduée dans le temps de 9000€ à 18000€ (semblable au dispositif existant pour les gardiens de la paix de la Police Nationale) pour tous les personnels sur les établissements concernés et cela sans distinction de corps et de grade et surtout sur la base du volontariat.

 

Ce qui sera imposé aux personnels demain ne ressemblera évidemment pas à notre projet et l’UFAP, par son secrétaire général, s’en réjouit, comme un cadeau tombé du ciel et vous explique que grâce à lui et le relevé de conclusions de janvier 2018, le problème d’attractivité que nous subissons va se régler.

 

Ce qu’il ne vous dit pas ce sont les contreparties des 800€ brut pour les Personnels du CEA et CDC ayant déjà cumulé 3 ans dans un établissement listé, avant la publication du décret, 1000€ brut proposé aux Personnels qui auront cumulé 3 années après la publication du décret et 8000€ brut versé aux Personnels nouvellement affectés par le biais d’un concours national à affectation locale, qu’il a magouillé avec la DAP contraignant les agents à rester de 3 à 6 ans affectés (selon les cas) sur une structure dont la plupart des Collègues n’ambitionnent qu’une seule chose ; celle de foutre le camp au plus vite tellement les conditions de travail et d’hébergement sont pitoyables.

 

Pour preuve, demandez à l’UFAP pourquoi ils se sont abstenus sur le vote au Comité Technique Ministériel du 30 octobre 2018 et n’ont pas voté CONTRE le décret qui contraint un stagiaire à rester au minimum 2 ans sur une même structure (surveillants et officiers) ! ils nieront probablement… c’est pourtant l’incroyable vérité.

 

Quand on se targue d’être le patron du syndicat majoritaire, il faut avoir un peu de figure Monsieur FORGET. Soyez ambitieux pour les personnels que vous êtes censés représenter.

 

Après les avoir privés d’une catégorie B en janvier dernier, après vous être lavés les mains des sanctions qui leur ont été infligées injustement, vous tentez aujourd’hui de vous racheter une bonne conduite en leur faisant croire à une prime y compris pour les agents affectés exclusivement en Ile de France ?

 

On peut tromper une fois mille personne mais une chose est sûre on ne peut pas tromper mille fois cette même personne.

 

FO Pénitentiaire n’est pas opposée du tout au principe d’une prime de fidélisation attendu que nous l’avons toujours revendiquée. Néanmoins, nous restons dans l’attente des certitudes demandées par FO Pénitentiaire, notamment concernant le cumul possible avec la Prime Spécifique d’Installation pour les Personnels Ultra-Marins (Décret n°2001- 1225 du 20 décembre 2001) ou la Prime Spéciale d’Installation pour les Personnels parisiens et lillois (Décret n°89-259 du 24 avril 1989). Aussi, nous resterons force de propositions en la matière et notamment en ce qui concerne les montants octroyés, l’équité de traitement entre les agents, la cartographie des structures sur lesquelles ce dispositif sera mis en œuvre, et les mesures qui doivent accompagner la fidélisation, autre que financières. FO Pénitentiaire affiche très clairement et sans ambiguïté, sa détermination à revaloriser les indemnités et le statut des personnels tous corps et grades confondus et demeurons attachés au principe de déploiement de dispositifs plus attrayants à leur égard. FO Pénitentiaire n’est animée que par l’intérêt collectif et son désir d’améliorer les conditions d’exercice et d’existence des personnels qui lui font confiance

 

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr