Prison de Roanne : Lettre Ouverte à Madame SARLES Nathalie, Députée de la Loire

20/09/2018

 

Objet : Découverte d'un couteau en céramique au centre de détention de Roanne

 

Madame la Députée,

 

Je sollicite votre haute bienveillance par ce courrier, pour vous informer que ce Dimanche 16 septembre 2018, a été découvert, au Centre de Détention de Roanne, un couteau en céramique.

 

En effet, suite à une bagarre entre détenus, l'un d'entre eux a été touché et s'en est tiré avec cinq points de suture.

 

Nous ne pouvons affirmer si il a été touché avec une arme artisanale ou ce fameux couteau céramique, puisque le dit couteau a été découvert aux abords du bâtiment après un contrôle de cet endroit demandé par l'officier d'astreinte.

 

Permettez- moi d'évoquer le souvenir de notre conversation du 27 avril 2018, lors de votre venue au Centre de Détention. Je vous avais, à l'époque, donné un exemple en vous expliquant qu'un couteau céramique n'était pas détectable au niveau des portiques de détection et qu'une famille pouvait, lors d'un rendez-vous parloir par exemple, faire entrer ce type d'objet à l'intérieur d'un établissement pénitentiaire.

 

Comme point de comparaison, j'ai souhaité attirer votre attention sur des sorties anodines et pourtant sécurisées telles que se rendre à un concert ou un match de football où citoyens sommes palpés, et nos sacs sont ouverts avant d’accéder à ses lieux pour la sécurité de tous.

 

Or, nous, surveillants pénitentiaires, ne sommes pas autorisés à procéder à ces mêmes contrôles, pourtant si impératifs de nos jours. Palper une personne autre qu'un détenu nous est interdit, nous sommes donc en totale impuissance face à une situation de ce genre.

 

Le relevé de conclusions signé par nos homologues (UFAP UNSA justice) et madame BELLOUBET (Garde Des Sceaux), dans lequel est évoquée la création de quartiers étanches pour les détenus radicalisés ou en cours de radicalisation ou violents, ne suffira malheureusement pas à contenir la situation.

 

Bien sûr, nous sommes conscients que de tels objets peuvent également arriver par projections de l'extérieur ou par drone, situations auxquelles nous sommes tout aussi impuissants.

 

Néanmoins, aujourd'hui, nous sommes inquiets quand au nombre de ces objets illicites qui peuvent circuler dans notre établissement et compromettre la sécurité des détenus dont nous avons la responsabilité; mais également des Personnels qui, au quotidien, prennent des risques, et ceux- ci, avec quelques changements, pourraient être considérablement diminués.

 

Nous rappelons le mal être de nos Personnels qui a été exprimé en Janvier dernier lors de mouvements de grève nationaux, et plus récemment, la tentative de meurtre sur l'un de nos collègues de Nîmes.

 

S'ajoute à tout cela la problématique du recrutement: sur la dernière session de concours, nous déplorons qu'à peine 20% des inscrits se soient présentés au concours de surveillant pénitentiaire.

 

En espérant que vous aurez à cœur de vous intéresser à mon courrier et sachant l'intérêt que vous portez à notre corps de métier, je souhaiterai solliciter une audience afin que nous puissions échanger sur ces sujets et recevoir votre appui et votre soutien pour sensibiliser l'Assemblée Nationale et faire avancer les choses.

 

Je vous prie Madame, de croire en mes sincères salutations.

 

David MARTINS

Secrétaire Local Force Ouvrière

 

Lire le communiqué

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr