Prison de Fleury-Mérogis : Nuits de cauchemar !

 

Encore un week-end sous tension sur les différents bâtiments de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Cette fois ci se sont les services de nuit des bâtiments D4 et D5 qui ont en fait les frais.

 

Durant la nuit du 17 au 18 aout 2018, sur le D4, un détenu signalé à de multiples reprises pour de nombreuses tentatives de suicides et connu pour agressions sur personnels à une nouvelle fois effectué un geste fort pour obtenir raison mais avec des conséquences dramatiques.

 

Aux alentours de 4h du matin, le détenu entasse différents matériaux dans sa cellule et y met le feu. Malgré l’intervention et les premiers soins apportés par les agents de nuit, les personnels n’arriveront pas à le sauver des fumées qui l’ont asphyxié.

 

Le bureau local Force Ouvrière apporte tout son soutien aux personnels du D4 qui sont intervenus, particulièrement choqués par ce drame et qui ont été entendus par les forces de l’ordre à la fin de leur service.

 

La nuit suivante, sur le bâtiment D5, les nerfs et le courage du service de nuit ont également été mis à rude épreuve, et les personnels qui ont pris leur service ce soir là ne s’attendaient surement pas à devoir secourir une personne détenue en pleine crise suicidaire malgré les risques pour leur intégrité physique.

 

Après avoir appelé l’agent en poste au rond- point rdc par l’interphonie, le détenu tient des propos incohérents et menace de se suicider en se mutilant. Après vérification du rondier, il est constaté que ce détenu présente plusieurs entailles sur le corps, qu’il est en train de constituer un véritable arsenal de lames de rasoir et qu’il commençait à barricader sa cellule, peut-être pour y mettre le feu.

 

Après en avoir rendu compte à l’astreinte à 22h15, au vu de l’urgence de la situation, du risque d’incendie et de suicide, et surtout que les agents eux même se disent prêts à intervenir, à 22h23 la décision est prise de lancer l’intervention en cellule.

 

Il faudra 10 longues minutes à batailler !

 

Entre les coups de lames à éviter, avancer sous les insultes et les menaces, les tentatives de morsures aux doigts, et face à un détenu déterminé, en pleine crise, l’individu sera maitrisé, fouillé et remis en cellule car incompatible Quartier Disciplinaire…

 

Aucun blessé n’est à déplorer et le détenu ne présente que des entailles légères infligées par lui-même !

 

Le bureau local Force Ouvrière tient à féliciter l’ensemble du service de nuit pour cet acte qui nécessitait courage et professionnalisme. Encore une fois nous passons près de la catastrophe et sans l’expérience des plus aguerris, cela aurait pu se transformer en véritable boucherie !

 

Il est grand temps de revoir la gestion des cas difficiles, car aujourd’hui nous n’arrivons plus à assurer ni leur intégrité physique ni la nôtre !

 

Les personnels pénitentiaires de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis risquent tous les jours leur vie pour en sauver d’autres, et ci cela ne réussi pas toujours, nous rappelons que nous ne sommes ni pompier ni médecin.

 

Juste des Femmes et des Hommes qui font avec leurs propres moyens, et dont la récompense s’arrête juste à de simple lettre de félicitations !

 

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr