Évasion de Rédouane Faïd : Le rapport d'inspection

31/07/2018

 

Après l’évasion de Rédoine Faïd, le 1er juillet dernier jugée spectaculaire par certains, plutôt ressentie comme humiliante par les personnels de surveillance dès lors que les signalements avaient été portés à la connaissance de la hiérarchie pénitentiaire, la Ministre de la Justice a annoncé au grand public un panel de mesures qui découlent d’un rapport de l’inspection générale de la Justice et qui devraient répondre à une meilleure prévention des évasions…

 

Nous parlerons au conditionnel compte tenu des nombreux rapports antérieurs qui se sont empilés les uns sur les autres mais qui pour certains d’entre eux n’ont jamais permis d’aboutir sur les objectifs escomptés…et précisément ceux d’assurer la garde des personnes placés sous-main de justice et garantir la sécurité des personnels et des biens et, aujourd’hui plus que jamais, celle de nos concitoyens.

 

Quand bien même nos incessantes mises en garde sur le danger encouru pour les personnels et nos établissements, FO Pénitentiaire n’a jamais été entendu jusqu’alors sur ses préconisations. Le mouvement social de Janvier, soldé au rabais par une signature du syndicat UFAP UNSA JUSTICE et la Ministre a sonné dans l’esprit de nos collègues comme un désaveu et une trahison totale pour les personnels en tenue qu’ils n’oublieront pas.

 

La preuve en est faite chaque jour ; ce relevé de conclusions n’apporte aucune sécurité supplémentaire au quotidien puisque les incidents (agressions, évasions, prises d’otages) se multiplient et se démultiplient dans notre environnement depuis le début de l’année. La journée d’hier en est l’illustre exemple.

 

La conséquence de tout cela est qu’aujourd’hui un dangereux criminel qui n’avait rien à faire à Réau s’est évadé. Il erre toujours et encore dans la nature, et sauf avis contraire, la responsabilité des agents en tenue n’est pas établie dans cette évasion. Nous n’en dirons pas autant de celle des services placés sous l’autorité du DAP qui, alertés par les rapports d’observations des surveillants, des services du Renseignement Pénitentiaire, des rapports explicitement formulés par les membres de la Direction de l’établissement de Réau, et des demandes de transfèrement de cette personne détenue par le DISP de Paris n’ont pas trouvé écho auprès l’Administration Centrale.

 

La DAP a très clairement sous-estimé les remontées d’informations procurées par les agents de terrain.

 

Le gouvernement Macron devra prendre position comme il est en train de le faire avec l’affaire BENALLA et devra tôt ou tard rendre une décision à l’encontre de ce précieux collaborateur et « conseiller Pénitentiaire » qui s’impose à la Ministre.

 

Il a beau être choisi et désigné par le Président de la République comme il le rappelle souvent, cela ne l’autorise en aucune façon à faillir à ses obligations en sa qualité de Directeur de l’Administration Pénitentiaire.

 Lire le communiqué

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr