Prison d'Eysses : ET DE DEUX...

02/07/2018

 

A une période ou les esprits s'échauffent autant que les températures, le syndicat local Force Ouvrière  ne sait plus que faire pour qu'une sélection plus appuyée soit faite sur  les profils aiguillés vers notre établissement. Notre direction interrégionale  refuse de considérer notre doléance  avec toute l'attention qu'elle mérite, mais jusqu'à quand ?

Il est capital qu'une prise de conscience ait lieu afin d'éviter le pire. 
 
Ce 29 juin 2018, le professionnalisme d'un agent aura su le faire. Avec un sens du discernement, intrigué par les démarches peu sportives de trois détenus, il saura prévenir qui de droit avec le résultat que l'on connait. Le Syndicat Local Force Ouvrière  félicite avec respect notre collègue et espère que nos hautes instances feront de même.

Ce fait grave se reproduira si rien n'est fait. Par conséquent, le Syndicat local Force Ouvrière  n'accepte pas de ne pas recevoir les profils que nous sommes en droit d’attendre.

Une place dans un centre de détention se mérite. Au sein de l'administration pénitentiaire, du personnel qualifié aux compétences variées travaillent en ce sens: sachons les mettre à profit.  

 

Bien sûr, ces faits graves n'occultent en rien la recrudescence d'incidents aussi affligeants que variés:

Dans l’après-midi du 29 Juin, un détenu a tenté d'incendier sa cellule pour...une cantine non perçue. Le premier Juillet un second adepte des procédures disciplinaires a craché sur des collègues du service parloir suite à la suppression d’un paquet de cigarettes. Dans la nuit suivante un puni en mal de transfert a inondé entièrement le QI/QD.  

Notons au passage que quelques jours avant, ces deux détenus s’étaient reclus dans le bureau du responsable du bâtiment A dans le but d’obtenir un transfert !

Ceci est un condensé moribond d’une détention en pleine déliquescence ou l’impunité règne en maitre au détriment d’une fermeté qui s’étiole comme peau de chagrin... Triste constat .A l’unanimité, tout cela devient pénible et usant. 
 
Le Syndicat Local Force Ouvrière  recommande à nos têtes pensantes de s'en servir, de prendre des précautions et de ne pas jouer avec le feu, surtout en cette saison... 

 

Lire le communiqué

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr