Prison de Fleury-Mérogis : Bâtiment D2 "Pugilat de violence"

 

Comme nous le dénoncions depuis déjà plusieurs semaines, l’insécurité et les agressions se multiplient au fur et à mesure que le mercure augmente.

 

Après l’agression violente survenue à la MAF dimanche dernier, l’agression au bâtiment D1 « oups ! l’acte de rébellion ayant conduit à deux agents blessés devrait- on dire !!! » c’est au tour du bâtiment D2 de subir les coups de nos chers « pensionnaires » ce dimanche matin !

 

En effet, ce dimanche 06 mai 2018 vers 10 heures 30, lors du retour de l’activité « culte », un détenu mécontent de devoir patienter se dirige vers le surveillant et lui assène volontairement « trois coups de poings au niveau du visage », une fois l’agent tombé au sol l’agresseur continue dans son « acharnement » en lui portant « trois coups de pieds »au niveau de la cuisse gauche . Le collègue réussit à se relever mais le « forcené » lui porta un violent coup de poing au niveau de la tempe.

 

Il aura fallu l’intervention de plusieurs agents pour réussir à mettre fin aux calvaires de notre collègue.

 

L’agent a été conduit aux urgences, il est terriblement choqué par cet acharnement de violence gratuite et lâche ! Force ouvrière l’accompagnera dans ses différentes démarches administratives et judiciaires.

 

BILAN : L’agent souffre de fortes douleurs à la tête et éprouve d’énormes difficultés pour s’alimenter correctement et a du mal à se mouvoir. L’ ITT reste à déterminer.

 

Force Ouvrière dénonce le laxisme et l’angélisme de la direction du bâtiment D2 !!! car nous apprenons avec effroi et consternation que ce même « enfant de cœur »avait déjà fait l’objet d’un signalement par écrit pour des menaces ciblées envers ce même collègue lors d’un mouvement similaire en date du 25 mars 2018 à 08 heures 50.

 

Force ouvrière félicite le professionnalisme et la réactivité des agents lors de la gestion de cette lourde agression que nous qualifions de « préméditée »

 

Force ouvrière condamne avec fermeté ce « pugilat de violence » qui gangrène nos différentes détentions.

 

Force ouvrière exige au regard de la gravité des faits le transfert de ce détenu a l’issue de son passage au quartier disciplinaire

 

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr