Prison de Rennes : Rencontre avec la Ministre - Demande de levée des sanctions envers les personnels pénitentiaires

 

Madame Belloubet, Ministre de la Justice,

 

Le bureau local Force Ouvrière souhaite de toute urgence et une énième fois, vous exposer la situation dramatique dans laquelle vous plongez les personnels pénitentiaires en les ponctionnant de trentièmes sur leur salaire et/ou en les suspendant de leur fonction temporairement.

 

Comme vous en êtes déjà informée, un personnel pénitentiaire a fait une tentative de suicide. Cet acte s’est produit suite à la signature de ses trentièmes et il avait prévenu. Vous pouvez être certaine qu’il ne s’agira pas là d’un acte de détresse isolé !

 

En procédant de la sorte, Madame la Ministre, Vous et l’Administration que vous représentez, êtes responsables des drames humains que ces sanctions vont engendrer, dans la vie des agents, sur la coursive ou chez eux : Isolement, dispute, séparation, suicide !

 

Si vous continuez dans ce sens, sans réaliser la gravité de votre geste, OUI Madame la Ministre, vous allez détruire des familles entières ! Avez-vous seulement une réelle idée des dommages collatéraux que vous allez générer, ce que vous faites endurer aux personnels n’est tout simplement pas réalisable. Vous les mettez à genoux, vous les plonger dans la misère.

 

Aujourd’hui, réfléchissez-y sérieusement et prenez conscience de la détresse dans laquelle vous positionnez des milliers d’agents pénitentiaires, qui ne pourront pas tenir au vue des sanctions infligées par l’Administration, suite rappelons le, à un mouvement légitime, né dans un contexte de violence croissante en détention et dénonçant les nombreuses tentatives de meurtres sur agents, sans oublier les agressions physiques et verbales qu’ils subissent au quotidien.

 

Le meilleur moyen de mettre à genoux les personnels c'est celui-ci, et si votre objectif était que les agents aient encore plus de rancœur envers une Administration qui ne leur apporte aucune considération, alors bravo Madame la Ministre, les personnels sont plus bas que terre. Nous qui avions déjà du mal à recruter suite au grand manque d’attractivité du métier (indemnitaire lamentable, considération ZERO, statutaire désolant), nous avions sous-estimé votre indifférence !

 

Nous tenons à vous rappeler que nous représentons la Troisième Force de Sécurité de l’Etat et que nous portons l’uniforme avec fierté. Pour autant nous sommes les éternels oubliés du système.

 

C’est avec Force et Conviction que nous nous sommes battus courant janvier, dans le seul espoir d’améliorer nos conditions de travail qui sont de plus en plus désastreuses et qui nuisent gravement tant à notre santé physique que psychologique !

 

Madame la Ministre, aujourd’hui encore, Force Ouvrière tire la sonnette d’alarme et dans un élan de plus grande quiétude vis-à-vis de notre profession et de ses agents, nous vous demandons la levée des retenues comptables et des diverses sanctions infligées suite au mouvement avant que l’irréparable se produise…
 

Lire le communiqué.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr