Maison Centrale de Saint-Martin-de-Ré : Communiqué de presse !

 

Le bureau local Force Ouvrière de la Maison centrale de Saint-Martin de ré a l’honneur de bien vouloir informer vos lecteurs :


Il existe sur terre un pays appelé « France », qui, soit disant, se revendique terre des droits de l’homme...seulement, les apparences sont bien souvent trompeuses...


Au sein de cette « république démocratique» existe un état dans l’état : plus exactement une monarchie dictatoriale...où le souverain a droit de vie ou de mort sur ses sujets.


Imaginez-vous un peu le scénario : un « nanti » de fonctionnaire de cette administration, se voit accuser sans preuves matérielles de faits qui lui valent une révocation sans autre forme de procès digne de ce nom : on appelle celà dans notre jargon, un conseil de discipline national. Ce dernier, qui s’est déroulé le 12 octobre de l’an 2017, s’est soldé par la désignation de coupables « idéaux ».


Une ou deux accusations verbales (sur fond de règlements de comptes) mises sur le papier, quelques auditions pour étoffer l’épaisseur du « dossier », et voilà une enquête administrative rondement menée...


En attendant, un membre du personnel est complètement détruit socialement, psychologiquement, et, anéanti moralement, par un rouleau compresseur administratif à mille lieux de la réalité du terrain, en « oubliant » un droit essentiel de tout citoyen : la présomption d’innocence. On aurait pu éviter cela dans la mesure où en temps normal les conseils de discipline important viennent après le jugement pénal. C’était sans compter l’influence néfaste de « syndicalistes » proche du pouvoir afin d’inverser l’ordre logique des choses et ainsi, le pouvoir administratif prend l’ascendant et impose ses « coupables » sur le pouvoir judiciaire : les magistrats des tribunaux apprécieront-ils ?


Après s’être pris pour des « juges », voilà que le pouvoir administratif se prend pour des médecins généralistes voire des spécialistes médicaux. Suite au mouvement  national des personnels pénitentiaires, le pouvoir en place autoproclame l’irrégularité des arrêts de travail du personnel. Bien sûr, sous couvert du grand nombre d’arrêts et une pseudo impossibilité de contrôler règlementairement, et s’excluant de procéder à des controles ciblés, le pouvoir monarchique décrète l’irrégularité des arrêts et sanctionne durement tous azimuts la rebellion.


Quid de cet agent qui souffre de pathologie cardiaque ?preuves à l’appui ?


Son arrêt est un arrêt de complaisance, ni plus, ni moins...


Quid de cet agent opéré du dos plusieurs fois subissant des séquelles neurologiques irréversibles ?


Son arrêt est un arrêt de complaisance, voilà tout...


Quid de cet agent sous antibiotiques qui a attrapé une de ces infections hivernales ?


Son arrêt est un arrêt de complaisance, sans nul doutes...


Quid de cet agent qui a attrapé cette foutue grippe ?


C’est forcément contagieux, c’est un arrêt de complaisance...etc...etc...


 Quelle va être la prochaine démarche de cette monarchie vis à vis du personnel et des médecins?


« Bonjour, je souhaiterai un rendez-vous ? »
« Bien sûr, quelle est votre profession ? »
« Je suis surveillant pénitentiaire. »
« Oups, désolé, monsieur, je ne pourrai pas vous soigner, je ne voudrai pas subir d’éventuelles représailles. »

 

De la science-fiction à la réalité il n’y a qu ‘un pas.... Les medecins généralistes et les médecins spécialistes apprécieront...

 

Et comme ces « pseudo médecins administratifs » aiment tant la médecine, nous pouvons, nous  aussi, faire des diagnostics élaborés : les « vrais » médecins pouront écouter ces patients au cours d’une vraie consultation afin de les aider dans une démarche de soins au vu de  leurs pulsions réactionnelles certainement liées à des  frustrations psychologiques dont ils pourraient souffrir... 
 

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr