Déclaration Liminaire, CAP Surveillant et Brigadier

26/02/2018

 

Aujourd’hui, lundi 26 Février 2018, s’ouvre une CAP de mobilité des Surveillants et Brigadiers, elle fait suite à une mobilisation sans précédent des personnels de surveillance.  


Une mobilisation légitime et historique au regard de la véritable hécatombe dramatique dont les personnels sont victime. Nos collègues sont sans cesse pris pour cible par une catégorie de détenus violents et sans pitié qui se congratulent à chaque cicatrice laissée après avoir fait couler le sang de la République ! Mais pas seulement !


En manque de reconnaissance pour simplement exercer leur métier et mener à bien leurs missions, ils sont la proie aussi d’une hiérarchie plus prompte à décider la mise en œuvre de sanctions et autres mesures comptables dès lors que nos collègues n’ont eu d’autres choix que celui de défendre avec force et honneur un métier en total décrépitude.


Depuis le 1e Janvier 2018 jusqu’à ce jour, pas moins de 105 personnels sont tombés sous les coups démesurés de détenus violents avec pour seules motivations, celle de tuer un représentant de l’Etat, de laisser des traces, de détruire un Homme dont la seule erreur commise serait celle de servir son pays…


Trahis à l’issue de de cette mobilisation par la signature d’un relevé de conclusions au rabais, il faudrait maintenant que les personnels se contentent des annonces faites par le Premier Ministre ou celles de madame la Ministre de la Justice qui voient des améliorations non négligeables par la dotation de nouvelles paires de chaussures et d’un gilet pare-balles à port discret …


Le bel exemple de la tenue du dernier Tableau d’Avancement au grade de 1er Surveillant et pire encore à celui de Major pénitentiaire sont tellement affligeants et insultants qu’il se passent de tout commentaire. Se rendre au chevet des miraculés, les appeler, eux et leurs familles par téléphone en faisant des promesses de promotions et faire nommer son chauffeur avant des collègues encore à l’hôpital est lamentable !


Quand FO Pénitentiaire affirmait à Madame la Garde des Sceaux qu’elle était mal conseillée, la preuve établie ! Quant à ses soutiens d’hier qui, aujourd’hui, demandent son départ, cela en devient encore plus risible, mais bon, le protocole est signé, l’objectif est atteint et surtout…le ridicule ne tue pas !


L’étape franchie, il faut maintenant tenter de retrouver un semblant d’autorité, alors sanctions et coups bas à tours de bras devraient battre leur plein ! 


Au diable les malades et toutes les règles administratives ou déontologiques, on va les mater ces matons ! Il faut faire un exemple pour dissuader les autres ! Trentièmes et sanctions sans discernement, la règle du plus fort… Cet aveu de faiblesse et d’incompétence managériale ne restera déjà pas sous silence devant les instances administratives et les personnels sauront en tirer profit sans aucun doute !


Un grand bravo dans la persévérance affichée de Madame la Ministre et notre Directeur de l’Administration Pénitentiaire, il ne faut pas oublier nos jeunes recrues ! Alors pour eux, nous en serons à des propositions de trois mois de prolongation de stage pour leur faire comprendre ! Mais ils ont déjà compris le jour où nous les avons accueillis !

  
D’abord à l’ENAP, où la campagne publicitaire de recrutement leur promettait plus de 1600 euros mensuels alors qu’au final le bulletin de paye n’est que de moitié, où il faudra subir les perquisitions de chambres pour y supprimer de quoi se faire à manger donnant obligation de payer son repas à la cantine, où il faudra loger à deux dans une chambre individuelle sans pouvoir étudier dans de bonnes conditions, où ils seront logés dans des zones sinistrées comme à la Maison Centrale de Poissy, les plafonds s’effondrant sur les lits au milieu des rats et souris… Madame, Monsieur, vous manquez simplement de crédibilité !


Nous pouvons en revenir à la tenue de nos CAP. Si la mobilisation a pu avoir un impact sur le calendrier, les différents reports et modifications apportées n’en seront justifiés. Commençons par la mobilité des Premiers Surveillants et Majors avec ses 3 ou 4 dates avancées ou proposées pour en finalité la retrouver à peine à 48 heures de l’amphithéâtre des lauréats du concours. Comme si prendre une décision importante de carrière avec une mobilité familiale n’avait aucun intérêt ! Un délai supplémentaire doit être accordé, l’impact de ce choix est trop important et doit être débattu avec ses proches avec réflexion.


Continuons avec la CAP des Surveillants et Brigadiers. Faut-il encore dénoncer le manque de fiabilité du logiciel H@rmonie ? Comment imaginer constater des élévations de grade de collègues tristement décédés, des nominations de collègues partis à la retraite depuis un an au moins ou encore des classements de mobilité tronqués avec des collègues ne faisant plus partie du contingent pour des raisons diverses et variées ? Et bien oui, toujours ce même constat malgré le travail de fourmis des « petites mains » que nous saluons.

 

FO Pénitentiaire dénonce avec la plus grande véhémence les profonds et inadmissibles retards de notification d’avancement de grade et d’échelon pour certains ! Des collègues sont nommés au grade supérieur depuis le 1e Janvier 2017 et ne sont toujours pas payés à leurs justes valeurs ! Là encore, ça ne semble pas vraiment chagriner nos responsables politiques et hiérarchiques, eux doivent être payés rubis sur l’ongle…

 

Bien entendu, le film continue avec un envoi de documents à peine 6 jours ouvrés avant l’annonce d’une CAP de titularisation pour nos collègues de la 191e promotion. Nous serons sans détour sur ce point, nous ne laisserons pas une fois de plus l’administration abattre nos collègues stagiaires sous le prétexte fallacieux qu’ils auraient été les meneurs d’une mobilisation historique ! Vous nous avez donné rendez-vous le 5 Mars, très bien, vous verrez la surprise le moment venu !

 

Quid des critères de mobilité bafoués. FO Pénitentiaire a obtenu l’ouverture d’un groupe de travail spécifique de plusieurs réunions, toutes annulées tellement le sujet dérange ! Une réunion en bilatérale a eu lieu, elle se devait être un préalable à d’autres devant aboutir à la réécriture de la circulaire de 2005 sur les critères de mobilité. Nous devions partir en 2018 avec des règles saines et enfin respectées, nous avons bien compris qu’il n’en sera encore rien ! La note de publication dit tout et son contraire !

 

Ces manquements seront rapportés systématiquement au procès-verbal qu’il faudra là aussi transmettre aux organisations syndicales cette fois dans le délai légal imparti. Les spécialistes doivent être gérés comme tel, FO Pénitentiaire exige un travail de CAP rigoureux avec un équité de traitement entre tous les personnels.

 

Nous allons ouvrir une nouvelle CAP avec encore une ambiguïté certaine alors qu’une doctrine d’emploi existe aussi pour nos collègues en PREJ. FO Pénitentiaire rappelle son opposition aux présélections dans leurs formes actuelles que l’Administration elle-même n’a jamais été en capacité d’assumer. Dixit le bureau RH de la DAP, les agents présélectionnés restent prioritaires à la mobilité et par défaut les agents n’en bénéficiant pas pourront être mutés à leur tour. Ce principe est tout autant inacceptable que n’importe quel autre ne respectant pas l’arrêté de gestion de ces collègues !

 

Le 8 Décembre 2017, le Chef de bureau ME, organisait les présélections EJ à l’ENAP pour la 194e promotion et le Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIERE le dénonçait aussitôt en s’adressant directement à la DAP le 20 Décembre 2017. Le silence dans l’absence de retour et de réponse n’étonnera personne ni dans cette salle ni dans toute la famille pénitentiaire. Nous devrions donc accepter la mobilité de jeunes recrues en PREJ en laissant des collègues 15 fois plus anciens sans possibilité au moins de faire la démonstration de leurs capacités ?

 

Pour les élus CAP FORCE OUVRIERE c’est un NON catégorique !

 

La Direction de l’Administration Pénitentiaire a décidé de ne pas entendre les personnels dans leurs légitimes revendications et décide plutôt de les sanctionner pour les faire taire.

 

N’imaginez pas une seconde que FO Pénitentiaire vous laissera faire !

 

La Direction de l’Administration Pénitentiaire veut faire des exemples de rigueur et de discipline, nous en ferons autant avec elle en imposant un strict respect des différentes procédures administratives quoi qu’il en coute !

 

Si cette CAP doit durer un mois, les élus que nous sommes l’assumerons jusqu’au bout ! Personne n’achètera la signature du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIERE en bas d’un quelconque document s’il n’est pas conforme au choix et au respect des personnels de tous corps, grades et même d’appartenance syndicale, n’en déplaise !!!

 

FORCE ET HONNEUR ET VIVE LES PERSONNELS DE SURVEILLANCE DANS LA DÉTERMINATION QU'ILS ONT DÉMONTRÉS DANS LA DÉFENSE DE L'INTERET COLLECTIF !!!


Lire le communiqué

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr