Prison de Fleury-Mérogis : Bâtiment D2, à quand la RÉ-RÉNOVATION ? ACTE 2

 

Pour rappel, le bureau local force ouvrière avait déjà mis en lumière, il y a quelques mois le manque de sérieux et d’investissement de notre administration afin de conserver un outil de travail avec des conditions acceptables pour nos collègues.

 

Effectivement après les pierres qui tombent dans les ronds points, le plafond des chambres de surveillants qui s’écroule, les diverses pannes plus ou moins graves qui ont parasitées le quotidien des surveillants sur cette tripale ;

 

Les Agents du D2 n’ont pas encore finie d’en voir.

 

Malgré de beau discours sur la sécurité au sein de nos murs, l’administration se permet de faire travailler le personnel avec des microphones Hors service. Que faire en cas d‘alarme sans moyen de communiquer avec les agents à part un téléphone portatif qui ne passe pas en fond d’aile.

Que dire sur la grille d’aile, elle aussi hors service sur la coursive du premier étage droite ; encore une fois on sert les fesses en priant que rien n’arrive.

La moitié des moyens de communication de cette tripale sont Hors service ou dans un état plus que déplorable.

 

Les agressions se multiplient et rien n’est fait pour endiguer « cette crise », pire nos conditions de travail favorisent un climat d’insécurité et ne protègent en rien notre intégrité physique.

 

Attendent-t-ils qu’un énième collègue tombe sous les coups des voyous pour faire le nécessaire.

 

Que dire sur l’état de certains postes de travail de ce bâtiment qui prennent l’eau, malgré une rencontre avec la directrice de cette tripale afin de faire remonter les difficultés du D2, aucune avancée n’a été proposée.

 

Le « Poste » périphérique se compose d ‘une table, d’un gilet par balle et d’une superbe chaise bureau qui ne tient plus debout et qui tombe au sol si elle n’est pas contre un mur.

 

En plus d’être secouriste, pompier et assistant social, la nouvelle génération de surveillant doit être équilibriste.

 

Au sein de « ce cirque » pas étonnant !!!

 

Les agents ont depuis très longtemps signalé que le siège du mirador est également Hors service. Nous sommes en droit de nous poser la question de l’utilité des feuilles d’état des lieux du mirador, quand celle-ci signale un problème depuis plus d’un an et que rien ne bouge.

 

L’administration comprend t-elle que les postes sont couverts 24H/24.

 

Enfin par où commencer pour parler de la galerie promenade, une chaise de plastique sur un caillebotis de métal. Encore une fois pas de quoi appeler cela un poste de travail. Malgré les températures du moment  avec le froid qui s’installe, aucune solution n’est apportée au personnel en faction à ce poste qui subit le froid, il n’y a pas de chauffage. La sécurité des agents est déjà mis en cause, faut-il aussi qu’ils sacrifient leur santé.

 

La problématique, de nombreuse fois abordée par FO durant les ACT dans une salle de la casquette surchauffée, a visiblement subie une « déperdition de chaleur » par la direction et ce sont les agents qui trinquent !!!!

 

Aucun appareil d’enregistrement n’est mis a disposition de l’agent en cas d’incident sur la cour de promenade.

Le poste devient de plus en plus difficile à tenir et rien n’est fait pour inverser la tendance .

 

Pour finir, le quartier disciplinaire seul de la plus grande maison d ‘arrêt d’Europe, à l’heure d’une « labellisation » ne dispose toujours pas d’un suivi efficace de l’état des lieux concernant la fonctionnalité des cellules.

 

Serait-ce la nouvelle discipline RPE : Relaxe par manque de place ???

 

Que dire quand le QD doit refuser des détenues, car trop de cellule sont HS !!!

Que répondre lorsque l’administration nous annonce qu’il n’y a pas de solution.

 

Messieurs, mesdames il est de votre responsabilité de faire le nécessaire afin de permettre au quartier disciplinaire d’être opérationnel et pas seulement propre face à une audit pour respect des RPE.

 

Force Ouvrière veut que soit ajouter à l’ordre du jour de la prochaine CHSCT les problématiques liés aux divers dysfonctionnements, qui ponctuent le quotidien des personnels.

 

Force Ouvrière demande que la direction fasse le point avec les services d’Idex afin de remettre les choses au clair et d’améliorer leur prestation sur l’établissement.Il ne suffit pas de quémander des bons d’intervention, il faut intervenir et réparer, pas de pansement sur une jambe de bois ! <

 

Force Ouvrière exige qu’une attention toute particulière soit portée pour le matériel  « fatigué » soit changé, car les personnels qui portent à bout de bras cette structure, risquent d’être à cour d’idée et de solution pour maintenir à flot ce navire.

 

Lire le communiqué.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr