Prison Grasse : Refus de réintégrer

08/01/2018

 

Week-end particulièrement tendu à la MA Grasse !

 

Dimanche 7 janvier 2018, en fin de matinée, 2 individus ont refusé de remonter de promenade, bloquant la cour du bâtiment A. On s'interroge encore sur les motivations floues de ces 2 détenus. Toujours est-il qu'ils étaient équipés de lames de rasoir et que l'un des 2 s'était entaillé le bras.

 

Il est alors fait appel, sur réquisition, aux forces de Police qui, très rapidement, dépêchent une équipe sur place. Dans un même temps, sont appelés en renfort des collègues de repos, particulièrement aguerris et entraînés pour ce type d'incident (dont 1 ISP et 2 MTI).

 

L'intervention se fera donc avec un dispositif comprenant 10 agents équipés de tenues pare-coup, de boucliers et de 2 fusils à pompe, ainsi qu'en soutien les forces de Police, eux aussi avec leur armement.

 

Si le premier individu s'est immédiatement rendu sans résistance, le second s'est violemment rebellé. Il a refusé d'obéir aux injonctions. Les 2 tirs de sommations n'ont pas non plus suffit à le calmer. Il a fini par se jeter sur les agents bien décidé à en découdre. Il a donc été maîtrisé par la force, et les 2 détenus ont été conduits au QD.

 

La mise en place des promenades s'est faite par petits groupes, encadrés par les agents équipés des tenues d'intervention. La détention était particulièrement tendue suite à cet incident.

 

Force Ouvrière félicite l'ensemble des agents intervenus pour maîtriser cet incident. Chacun a fait preuve d'un grand professionnalisme, démontrant que les procédures d’interventions sont parfaitement maîtrisées. Les récentes formations en ce sens n'y sont d'ailleurs sans doute pas étrangères.

 

Force Ouvrière félicite également l'ensemble de la chaîne hiérarchique pour l'encadrement sans faille de cette intervention et l'accompagnement pour la mise en place des promenades qui ont suivi, avec dispositif renforcé.

 

Force Ouvrière remercie également les forces de Police pour leur concours et l'équipe de Direction pour sa présence ainsi que pour la logistique qui a permis aux agents réquisitionnés de se restaurer.

 

Cependant, Force Ouvrière se pose une question existentielle :

MAIS OU SONT NOS E.R.I.S ?

N'est-ce pas leur prérogative ce genre d'intervention ?

Ne sont-il pas formés et entraînés pour gérer ce genre de situation ?

 

Tout s'est bien passé... fort heureusement. La Maison d'Arrêt de Grasse a la chance de disposer de personnels qualifiés et formés. Mais il n'en demeure pas moins que, dans une telle situation, c'est à nos E.R.I.S d'intervenir. Pour Force Ouvrière, un tel dispositif expose inutilement les agents qui ne sont pas tous formés ni équipés pour gérer ce type d’événement... et dont ça n'est tout simplement pas le rôle.

 

Nous espérons (sans doute un peu naïvement) que ça n'est pas un simple calcul bassement financier qui a dicté ce choix...

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr