Prison Grasse : Agression

07/01/2018

 

L'année commence à peine... Déjà une agression !!!

 

Samedi 6 janvier 2018 vers 8 heures, lors de la distribution des médicaments, au moment où la surveillante ouvre la porte de la cellule d'un énergumène déjà bien connu pour ses accès de violence, ce dernier se rue sur elle pour tenter de la frapper, en hurlant dans un langage incompréhensible. Ce sinistre personnage ne parviendra pas à l'atteindre, en revanche la surveillante sera copieusement arrosée par la salive de cet individu, en plein visage.

 

Elle parviendra finalement à repousser l'agresseur et refermer la porte de la cellule.

 

L'individu étant potentiellement porteur de maladies (au delà de son dérèglement psychologique évident), un protocole sera mis en place afin d'éviter une quelconque contagion.

 

La surveillante sera donc conduite aux urgences... ou plutôt elle ira toute seule... avec son véhicule personnel...

 

Pour la prise en charge consécutive à une agression, on repassera !

 

Mais le plus beau, c'est que le détenu en question avait été très récemment repéré pour son agressivité puisque la veille des consignes étaient données pour que l'ouverture de sa cellule se fasse en présence de 2 agents et un gradé.

 

Alors comment cette agression a-t-elle été possible ?

 

 La consigne n'a pas été passée ?

 Il n'y avait pas de trace écrite ?

 La consigne a été levée ?

 Le détenu n'était plus dangereux ?

 

Dans tous les cas, il y a manifestement une défaillance quelque part, et il va falloir veiller à y remédier !

 

Les professionnels du terrain sont en mesure d'identifier les détenus potentiellement dangereux ou agressifs, même ponctuellement. Il serait dommage d'envoyer les agents se faire agresser bêtement parce que nous ne sommes pas capables de communiquer correctement.

 

Force Ouvrière avait pourtant déjà alerté la Direction à ce sujet lors du CTS du 28/06/2017... Manifestement, les mesures prises n'ont pas été efficaces (ou il n'y en a pas eu). Il est encore temps d'agir !

 

Force Ouvrière dénonce sans détour cette agression, il n'est pas possible de la qualifier autrement.

 

Force Ouvrière exige une sanction exemplaire pour l'agresseur et un placement dans une structure adaptée à son profil psychologique.

 

Force Ouvrière apporte tout son soutien à notre collègue et l'accompagnera dans toutes les démarches qu'elle sera amenée à entreprendre.

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr