Visite de la maison d'arrêt de Privas

 

L’Union Interrégionale des Syndicats Pénitentiaires FORCE OUVRIÈRE s’est déplacée sur la Maison d’Arrêt de Privas. Cet établissement a connu une année 2017 très compliquée en termes de ressources humaines, beaucoup de travaux ont été effectués sur cette structure.

 

Pour mémoire, les personnels de surveillance privadois ont vu deux départs à la retraite de Premiers surveillants, un autre restant suspendu et un dernier en congés maladie. Pour pallier la difficulté, un collègue fait fonction de gradé, le temps de l’arrivée de nouveaux personnels d’encadrement.

Durant presque HUIT mois, le surveillant fouille a dû supporter à lui seul la charge de travail de DEUX agents, l’agent du greffe a tenu pendant SIX mois, seul, avec la responsabilité du greffe de la MA de Privas et le tout sans prendre un seul CA. Au cours de l’année écoulée, les agents de détention ont subi un service dégradé, allant jusqu’au 2/2 parfois !!!

 

L’Union Interrégionale des Syndicats Pénitentiaires FORCE OUVRIÈRE a pu rencontrer différents collègues de cet établissement, des agents d’expérience qui font tourner cet établissement de façon remarquable, il faut le souligner !

 

L’Union Interrégionale des Syndicats Pénitentiaires FORCE OUVRIÈRE, accompagnée du Secrétaire local FO, a profité de cette visite pour rencontrer le Directeur de la MA Privas. À partir de là, nous sommes rentrés dans un autre monde. Nous avons été témoins d'un discours très agressif, pour rester polis, de la part du Directeur. Nous lui avons soulevé un des points sur le dernier Comité Technique Spécial de la MA de Privas, la remise de document sur table, alors que les délais légaux sont de 8 jours. On parle quand même d’un nouveau service.

 

Monseigneur nous a expliqué que le dialogue social ne sert à rien, que lors des instances paritaires, il est libre de faire ce qu'il veut, qu’il n’a pas obligation de solliciter les Représentants Élus du personnel, alors même que FORCE OUVRIÈRE est majoritaire sur cet établissement !

 

Monseigneur nous expliquera par la suite que s’il le souhaite, il peut créer autant des
postes fixes que sa lubie le veut… On croit rêver !!! Nous nous permettons de lui
rappeler le « Plan de maîtrise des heures supplémentaires » adressé par la
DAP le 5 novembre 2014 qui limite le nombre de postes fixes à 23 % des effectifs
de la structure...


Mais ce qui va clore l’entretien avec ce « Chef », c’est bien le mépris affiché qu’il a
envers le personnel. Selon lui, les agents absents ne sont pas « méritants ».

 

Pour l’Union Interrégionale des Syndicats Pénitentiaires FORCE
OUVRIÈRE
, cela fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Nous avons décidé de
quitter le bureau du Directeur, cet entretien aura duré 2 minutes et 30 secondes.

 

Pour l’Union Interrégionale des Syndicats Pénitentiaires FORCE
OUVRIÈRE
, il est intolérable qu’un chef de service, fonctionnaire d’État, évoque en
ces termes les personnels qui l’entourent. Rappelons à Monseigneur que sans ces
« petites gens », la boutique aurait coulé depuis longtemps déjà !

 

« Monseigneur, les personnels privadois sont solidaires entre eux et ils savent qui est
LE problème de cette petite maison d’arrêt...»

 

Lire le communiqué.

Tags:

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr