Déclaration liminaire au CTS Salon-de-Provence

 

 

Dans cette séance, nous travaillerons principalement à trouver une issue au planning des agents de détention pour l’année 2018.

 

En effet, nous sommes à moins de 10 semaines de la nouvelle année 2018 et actuellement l’ensemble des agents de la détention ne peuvent pas se projeter, en effet ils sont dans l'impossibilité d'organiser leurs congés et leurs repos hebdomadaires.

 

Le SLP FORCE OUVRIERE du Centre de Détention de Salon de Provence attend de la direction locale, que le dialogue social apporte des solutions aux différentes problématiques que nous énumérons lors de ce Comité Technique.

 

Toujours au service de l'ensemble du personnel, FORCE OUVRIERE a proposé un service réintroduisant les binômes pour les agents actuellement en service mixte afin de ne pas pénaliser ces personnels qui ont toujours répondu présent à l'administration depuis leur intégration dans ce service.

 

Cependant, nous ne pouvons que constater l'hypocrisie de la direction locale, qui sous-couvert d'application de la charte de gestion, veut détruire la cohésion d'équipe en empêchant les changements de postes.

 

Mais encore, le SLP FORCE OUVRIERE du Centre de Détention de Salon de Provence ne peut passer sous silence les mesures incompréhensibles prises, permettant à 2 détenus d'effectuer leurs sanctions de confinement sur le bâtiment B.

D'après-vous, comment le personnel de surveillance en détention, qui est en sous effectif permanent, peut-il expliquer à 45 détenus, qu'ils n'auront pas le 1er tour promenade de 9h00 à 10h00 le matin et de 14h00 à 15h00 l’après-midi, afin que ces mêmes 2 détenus puissent effectuer une sanction de confinement en étant seul en promenade ?

 

Sur le Centre de Détention, la peine de confinement a toujours fonctionné, en plaçant les détenus sanctionnés en promenade, lors du second tour du matin et ainsi de palier au désagrément d'une éventuelle intervention en fin de promenade.

 

Le SLP FORCE OUVRIERE du Centre de Détention de Salon de Provence ne peut que constater l’aberration de cette décision, qui n’a heureusement entraîné aucune agression sur le personnel et nous demandons que ce genre de situation et de décision ne se reproduisent plus.
Mais encore, nous observons que lors de  service de nuit, notre établissement a connu des opérations de fouille de cellules avec les agents de piquet qui ont déjà des missions bien précises.


Nous tenons à souligner que nous sommes favorables aux fouilles de cellules mais pas de n’importe quelle façon !!! En effet, comment fera le service de nuit, si un ou plusieurs agents du piquet se retrouvent à être blessés ? Comment fera le service de nuit, si une ou des extractions d’urgences venaient à avoir lieu au même moment ? Malheureusement, la réponse est simple, le service de nuit devra travailler en service réduit !!!

 

Le SLP FORCE OUVRIERE du Centre de Détention de Salon de Provence vous rappelle que vous avez déjà supprimé la porte d’entrée en service de nuit et que la sécurité de l’établissement et du personnel se trouve être diminuée.

 

Le SLP FORCE OUVRIERE du Centre de Détention de Salon de Provence demande que lorsque les opérations de fouille devront avoir lieu en service de nuit, vous preniez une équipe principalement dédiée à cette mission. Les services de nuit sont déjà assez compliqués et difficiles pour les agents. De plus, vous désirez augmenter en effectif le service des agents effectuant le matin/nuit dans votre projet de réforme du service, facteur de pénibilité reconnus, déconseillé et supprimé dans l'ensemble des nouvelles structures par des nuits sèches !!!

 

Le SLP FORCE OUVRIERE du Centre de Détention de Salon de Provence demande également à ce que les membres du Comité Technique, débattent afin de réintégrer un agent supplémentaire en service de nuit, par la réintroduction du poste PEP.

En effet, maintenant que nous allons théoriquement retrouver un effectif quasiment conforme à l’organigramme, nous avons le devoir, au nom de la sécurité, de prendre les mesures nécessaires au contrôle des entrées et des sorties de l’établissement la nuit comme le matin, en attendant la prise de poste de l’agent PEP.

 

Les revendications du SLP FORCE OUVRIERE du Centre de Détention de Salon de Provence trouvent particulièrement leur sens et nous continuerons d’œuvrer pour  le bien être de toutes et de tous ceux que nous représentons, avec nos idées, nos convictions, notre liberté.

 

Lire le communiqué

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr