Une audience sur fond de crise pénitentiaire

03/11/2017

 

 

Le 25 octobre 2017, à Ivry-Sur-Seine, une délégation du Syndicat National Pénitentiaire FORCE OUVRIÈRE Personnels de Surveillance composée de Emmanuel BAUDIN - Secrétaire Général, Stéphane TOUIL - Secrétaire général adjoint, Willy SAIB - Secrétaire National en charge de l’Outre-Mer et Didier KANDASSAMY - Président de la Commission DOM-TOM, a été reçue par Monsieur Hubert MOREAU, Directeur Interrégional de la Mission Outre-mer.

 

Il était important pour notre Organisation Syndicale de mettre nos interlocuteurs face à leurs responsabilités et surtout faire entendre le malaise qui gronde auprès de nos compatriotes ultra-marins.

 

Cette rencontre s’inscrivait dans un contexte particulier, marqué par les nombreux incidents, et non des moindres, qui ont secoué les prisons en Outre-mer tant sur le fond que sur la forme : mutineries, agressions, meurtres, évasions, intimidations et corruption... En effet, nous avons rappelé l’insécurité grandissante qui gangrène les prisons de la République dans ces territoires « oubliés », et le mal- être de ses personnels, tous corps et grades confondus, qui se sentent abandonnés par l’État dans les différentes missions régaliennes qui leurs sont confiées. La surpopulation carcérale qui avoisine en moyenne les 130% ne justifie pas, à elle seule, les problématiques soulevées. Les carences tant structurelles qu’administratives qui persistent dans les établissements pénitentiaires d’Outre-mer sont un véritable affront fait à la continuité territoriale (ÉRIS, UHSI, UHSA, PREJ, UVF, EPM, CNE, Brigade cynotechnique, etc…).

 

FORCE OUVRIÈRE exige la mise en place d’une véritable Direction Interrégionale Outre-Mer dans les plus brefs délais. Il devient urgent d’acter ce qui a été obtenu au gré des différents mouvements de protestation par Notre Organisation pour une meilleure gestion des départements et territoires d’Outre-mer. D’ailleurs, rappelons-nous qu’il s’agissait d’un engagement du DAP ! Il devient vital et urgentissime de donner les moyens humains et matériels à nos Collègues de l’Outre-mer pour assurer une continuité de service efficiente. De même, le manque d’effectifs se heurte à des organigrammes de référence obsolètes et se conjugue avec un absentéisme qui en dit long sur la souffrance au travail de l’ensemble des personnels. Les rapports s’empilent et les « visites touristiques » diverses se succèdent au chevet d’une politique pénitentiaire en Outre-mer défaillante, qui manque singulièrement de courage et de réelle volonté.

 

Depuis le temps, doit-on parler de crise pénitentiaire ou d’état d’urgence en Outre-mer ?

 

Pour FO PÉNITENTIAIRE, la réponse demeure la même dans les deux sens !!!

 

Notre organisation prendra toutes ses responsabilités si les choses ne devaient pas être actées à moyen terme.

 

FO PÉNITENTIAIRE réclame l’ouverture rapide et urgente d’un groupe de travail avec les organisations syndicales sur les problématiques spécifiques à l’Outre-mer, comme elle l’a obtenue pour le dossier des Congés Bonifiés. Par ailleurs, lors de notre échange avec le Directeur Interrégional, il nous a confirmé la construction de projets immobiliers actés dans le "plan 15000". Ce plan immobilier est une nécessité incontournable pour à la fois garantir des conditions d’hébergement de la population digne d’un pays moderne, lutter contre un taux de surpopulation carcérale jamais connu et enfin garantir à nos compatriotes des conditions de travail digne d’une administration en pleine mutation.

FO PÉNITENTIAIRE mettra tout en œuvre pour faire entendre la voix des personnels ultra-marins qui ne sauraient se contenter de quelques miettes dont on sait d’avance qu’elles ne parviendront pas à nourrir un peuple tout entier qui crie famine !

FO PÉNITENTIAIRE avait déjà alerté notre ministre de tutelle dans le courant de l’été 2017 sur l’état des prisons et des services en OutreMer ; l’histoire nous a donné raison quant à l’inquiétude qu’était la nôtre au regard des actes de violence qui se sont produits en Martinique et Guadeloupe.

FO PÉNITENTIAIRE continuera le combat au quotidien, et rien ni quiconque ne viendra entraver notre droit à l’action syndicale et militante !

 

Lire le tract

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Reforme du CDC et du CEA : MERCI aux fossoyeurs du personnel de surveillance

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr