UISP-FO Grand-Est-Strasbourg : Un point à une semaine de la 1ère étape du déconfinement



En préambule, l'UISP-FO Grand-Est tient à souligner que les mesures et la volonté de reprendre une activité avec entrées et sorties de visiteurs est prématurée à notre sens, l'échéance fixée initialement au 24 mai prochain et qui aurait dû être repoussée au 2 juin (2ème phase du déconfinement), aurait permis de limiter de nouveaux risques, d'anticiper certaines dispositions et préparer correctement cette étape..


Point parloirs :

Comme l'explique notre introduction, en particulier sur les territoires de notre DISP fortement touchés par l'épidémie du COVID-19, la réouverture est prématuée. Néanmoins, de manière générale, celle-ci doit s'accompagner de mesures significatives :

–  1 parloir par semaine et par détenu, dans la limite d'un visiteur


–  réduction du nombre de tours pour permettre un déroulé dans de bonnes conditions


–  un agencement des locaux parloirs permettant l'application des gestes barrières


–  un nettoyage systématique des locaux entre chaque tour


–  un non respect des règles sanitaires devra entraîner la suspension des parloirs pour les concernés durant cette période. Il est primordial que le principe soit adopté et compris par tous !


–  l'obligation aux visiteurs de venir muni d'un masque de protection adapté (pas de fantaisies)


–  L'interdiction de déposer du linge


Point RH :

Les directives nationales ayant été données aux DI, nous tenons à vous éclairer sur les modalités de ce protocole car l'information circule parfois mal ou avec des éléments erronés. L'obligation de ponction de CA et RTT concerne une partie des personnels, distingué par deux périodes (voir communiqué Union Justice FO du 30 avril). Nous dénonçons également le champs d'application des agents placés en télétravail à qui l'on veut ponctionner ces jours.. Honteux!!!. Les agents ayant été placés en position AAE (ou ASA) sont sous le coup de l'Ordonnance du 15 avril dernier, mais sont exclus de cette consigne inter-ministerielle :


–  Les agents de roulement dont le service impose d'office les périodes de congés sur l'année


–  Les personnels (tous corps et grades) qui avaient programmé une période de congés à compter du 6 avril sur la période d'urgence sanitaire

La situation des agents « vulnérables », placés en AAE le seront jusqu'au 23 mai inclus. Avant une reprise éventuelle du travail, les agents concernés seront conviés à un rendez-vous avec le médecin de prévention pour acter ou non de la reprise d'activité.

La nouvelle note concernant la prise en charge des frais de restauration a connu un serrage de vis en bonne et due forme... (voir communiqué Union Justice FO du 4 mai). Nous déplorons le positionnement et le retournement de veste, le communiqué national relate parfaitement le ressenti des personnels. En définitive, seuls les agents travaillant sur le ressort d'un mess ou d'un restaurant administratif (avec convention) et fermé à cause de la crise sanitaire, peuvent prétendre à la prise en charge des frais repas (sous condition d'être de service sur la plage 11h00-14h00).

Gestion et organisation des établissements :

L'UISP-FO Grand-Est demande la plus grande rigueur dans la continuité des mesures sanitaires ! Le 11 mai ne sonne pas la fin de la crise et en conséquence, les activités sportives, culturelles et professionnelles doivent continuer à être soumises à des règles strictes dans cette 1ère phase. Nous exigeons que les organisations professionnelles représentatives dans nos structures soient consultées et informées.

Dans les jours qui suivent, le port du masque devrait être obligatoire et étendu à l'ensemble des personnels. Une livraison de masques lavables devrait arriver prochainement. Sur ce point l'UISP-FO Grand-Est maintient et martelle le principe que ces masques doivent être une dotation individuelle et en aucun cas distribués à la prise de service puis lavés et stockés au sein de l'établissement ! Dans un contexte de crise sanitaire, il est logique et légitime que les personnels refusent le processus initialement prévu par la DAP. Nous demandons un déploiement juste et rassurant. Nous attendons également un accompagnement et une prise en charge des besoins pour les services du siège DISP, des antennes SPIP, UH, etc, dans cette première étape du déconfinement.

Reprise de l'activité judiciaire :

Un travail et un processus de déconfinement devra également être appliqué pour les PREJ. Même si le secteur n'a pas connu une parenthèse totale durant cette période, le déconfinement entraînera la reprise de l'activité judiciaire et donc une recrudescence des translations qu'elle génère. Cela devra être accompagné de mesures de protections sanitaires pour les agents en charge de ses missions. Equipement, nettoyage des véhicules, protocole de présentation, collaboration avec les tribunaux, etc. Il n'est pas question pour FO que les personnels affectés dans des services tels qu'un PREJ, soient mis en marge de la sécurité sanitaire.

Cette reprise entraînera de fait, une augmentation du nombre d'écrous. Il est primordial qu'au sein des Maisons d'Arrêt, le protocole de quartozaine des arrivants soit et puisse être appliqué. Il est hors de question de faire l'impasse sur ce principe !

Une multitude d'autres points et sujets risquent d'évoluer dans les jours à venir. Nous estimons la décision ministérielle hâtive et encore une fois, ce sont les personnels qui vont devoir redoubler d'efforts pour permettre cette reprise progressive !

L'UISP-FO tient à féliciter une nouvelle fois l'ensemble des personnels des différents corps qui composent notre Administration, qui, depuis deux mois, se dévouent corps et âmes pour la sécurité nationale. Nous tenons également à apporter notre soutien à nos collègues en convalescence qui ont été touchés par le COVID-19, certains gravement et nous nous réjouissons qu'aujourd'hui leur état s'est amélioré. Nous gardons une pensée et n'oublions pas également celles et ceux qui ont perdu un proche, des suites de cette maladie !


Lire le communiqué

196 vues