Prison de Vendin-le-Vieil : Ouverture de la visiophonie, la boîte de Pandore



Ça y est, c'est parti, et ça débarque, bien sûr, en plein été (ce 1er juillet) : la visiophonie / parloir pour les détenus s'installe à VENDIN. La note locale donnant le cadre de cette mise en place viens de sortir.

Il n'y a eu aucun dialogue préalable avec les organisations syndicales sur ce sujet, et c'était à peine mieux avec les agents de la brigade parloir, mis devant le fait accompli.

Pour lire l'avenir, il n’y a pas besoin d'une boule de cristal, il suffit de revenir sur le passé et de faire une projection sur l'avenir. Souvenons-nous..., le téléphone a commencé à être mis en place dans certains établissements pilotes, puis généralisé, avec un certain contrôle des communications. Puis, les créneaux d'accès n'ont cessé de s'élargir, nous l'avons encore constaté récemment. Les écoutes ne deviennent plus systématiques, ni même aléatoires, mais ciblées, face évidemment à l'impossibilité technique de tout écouter. Et on a fini par mettre le téléphone en cellule, la boucle est bouclée, il n’y a plus grande différence entre ce qui se passait clandestinement il y a quelques années dans les cellules, et la situation d'aujourd'hui, où on a accepté le fait accompli en lui donnant un cadre légal. Il y a fort à parier que la visiophonie connaîtra, dans les grandes lignes, les mêmes étapes.

Si nous voulons rester terre à terre, ce qui nous inquiète, aujourd'hui, c'est l'organisation, et donc le surcroît de travail pour les collègues (mouvements, brigade parloir), avec 14 créneaux par jour !

Et en particulier combien de mouvements en même temps (voir certains horaires parloir, UVF, et donc maintenant visiophonie ET ajoutons à ça la gratuité pour le mois juillet ça promet !).

On dit impossible n'est pas français, il est surtout impossible de se couper en deux !

Gratuit pendant un mois : ça ne ressemble pas à une opération commerciale... ? On est un service public, on n'est pas là pour faire plaisir aux exigences commerciales d'une entreprise privée.

On aurait envie de dire halte, stop, mais le processus est déjà lancé...

FO SERA TOUJOURS A VOS COTES POUR DENONCER L'INACCEPTABLE ! PS : « à nos chers dirigeants », le personnel de surveillance pourrait-il lui aussi avoir la même attention : sur ses conditions de travail, sa sécurité et l'attractivité du métier ? À bon entendeur...

Lire le communiqué

228 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr

© SNPFO 2019 - Tous droits réservés. Réalisation Pôle Communication SNPFO.