Prison de Val-de-Reuil : Une agression prévisible !

Le détenu C. au parcours carcéral semé de plusieurs agressions sur personnel est passé comme prévu à l’acte. Ce détenu ultra-violent placé actuellement au quartier disciplinaire division 1 demande depuis plusieurs mois son transfert !

Placé en UDV dans son ancien établissement, cet énergumène ingérable a littéralement fait subir un véritable calvaire aux personnels. En effet, convoqué aujourd’hui aux alentours de 14h00 en commission de discipline, ce voyou a craché à de multiples reprises sur les membres de la CDD (dont la directrice de division 1) en tenant les propos suivants « bande de fils de pute, vous l’avez cherché ». Nos valeureux collègues équipés en amont par précaution l’ont immédiatement maitrisé afin de l’amener au sol pour une réintégration en cellule très délicate au vu de la violence du détenu.

Lors de cette réintégration, le pire arriva ! Malgré l’usage de la force stricte et nécessaire, le détenu parvint tout de même à frapper à plusieurs reprises le premier surveillant. Une première fois en assénant un coup de pied à la tête puis une seconde fois en lui tordant la jambe. Une fois l’intervention terminée, le détenu cria « maintenant j’ai niqué la jambe de plusieurs d’entre vous et je vous ai craché à la gueule, je vais pouvoir être transféré ». Plus tard, aux alentours de 18h 30, ce même détenu déclenche un feu dans sa cellule.


Avec l’aide de deux collègues de deuxième division et sous les ordres du gradé sécurité venue compenser l’absence du gradé de roulement parti à l’hôpital, une nouvelle intervention visant à éteindre l’incendie est effectuée avec beaucoup de professionnalisme. Le détenu sera finalement changé de cellule.

Ce déferlement de violence était prémédité....

De nombreux agents avaient alerté la direction sur le prochain passage à l’acte de ce voyou qui n’a aucun scrupule pour agresser ! Ce délicat après-midi met clairement en évidence l’absence de moyens de contrainte face à ce type de détenu considéré comme ultra violent. Revendication de notre organisation syndicale, le pistolet à impulsion électrique aurait été très utile, pour force de dissuasion, tout en limitant considérablement le risque d’agressions.

Monsieur le directeur, pour votre information, lorsqu’un détenu représente un réel danger pour les personnels de la CDD, celle-ci n’a pas obligation de statuer en sa présence. Le flux d’observations effectuées par les agents ces dernières semaines sur le comportement très agressif de ce détenu auraient dû vous alerter. De plus, désolé de vous déranger pendant votre goûter covidé mais l’éprouvante après- midi vécu par les agents aurait dû inévitablement provoquer la présence d’un membre de la direction pour au moins leur assurer votre soutien.

Force Ouvrière Val de Reuil souhaite un prompt rétablissement à nos collègues blessés à la cheville, aux cervicales et au dos.

Force Ouvrière Val de Reuil félicite l’ensemble des personnels pour ce très bon travail mais aussi l’ensemble des personnels notamment les agents du régime probatoire qui contribuent au quotidien à gérer cet énergumène.

Force Ouvrière Val de Reuil exige un transfert immédiat de ce détenu totalement ingérable.


STOP AUX AGRESSIONS


Lire le communiqué

135 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr

© SNPFO 2019 - Tous droits réservés. Réalisation Pôle Communication SNPFO.