Prison de Paris-la-Santé : Déclaration Liminaire lors du CTS du 2 juin 2020




Nous ne pouvions commencer cette instance sans mettre en avant l’abnégation et le courage des personnels mobilisés pendant cette période de crise, que ce soit en présentiel ou en télétravail. Les personnels de l’établissement ont su répondre présent afin d’assurer la continuité du service public parfois même au détriment de leur santé et de celles de leurs proches.

Monsieur le Directeur, notre organisation syndicale veut se faire le porte-voix de nos collègues qui n’ont pas toujours la possibilité de vous le dire directement, beaucoup de choses restent à faire concernant leurs conditions de travail et particulièrement sur le climat anxiogène qui est amené à durer !!!

Avec cette épidémie qui nous a durement impactée à PARIS LA SANTE, 17 personnels positifs sur près de 250 dépistages, plus ceux résultant de la 2ème campagne de dépistage, nous savons d’ores et déjà que nos habitudes de travail devront être revues même si déjà beaucoup a été fait...

COVID19 : Les masques devraient être distribués dès l'entrée de l'établissement, au niveau de la PEP Santé car malheureusement, le virus circule aussi aux vestiaires et pas que dans la détention.


LE SERVICE DE NUIT : Chaque professionnel connaît l’importance d’un esprit de cohésion lors des nuits qui doit permettre à l’équipe de se forger une forte complicité ! Un des moment clef pour se faire ce sont les repas d’équipes et le partage de moments de détente où l’on se parle et où l’on fait descendre la pression. C’est pour cela que le Bureau local Force Ouvrière a pensé à un projet ambitieux qui vous sera présenté ultérieurement lors de ce comité. Un projet qui est un souhait partagé par la quasi-totalité des agents !!!

LE PLANING : Plusieurs anomalies sont rencontrées par vos surveillants avec leur planning plus qu’approximatif. On note des rappels qui ne sont pas communiqués, et des changements incompréhensibles qui ne permettent pas aux agents d’organiser à minima leur vie privée.

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES : C’est le seul moyen pour les agents de pouvoir vivre dignement jusqu’à la fin du mois. Notre organisation est déjà partie en mouvement et repartira le moment opportun pour revaloriser le salaire fixe car c’est bien cela qu’il faut pour tous, postes fixe ou en équipe, pour vivre décemment. On se rend bien compte aujourd’hui que le miroir aux alouettes ou plutôt aux colombes, de syndicats peu clairvoyants comparant notre salaire à celui d’un gardien de la paix en y incluant 30 heures supplémentaires, ce qui n’était pas un bon calcul loin s’en faut. Car les heures supplémentaires ne sont pas un dû et avec cette politique sournoise de l’AP du contrôle permanent de celles- ci nos collègues souffrent de rémunération bien trop basse. Doit-on rappeler que la région parisienne est très chère en termes de loyers, charges ...Pour ces raisons et pour une équité plus forte, nous demandons une distribution égale des heures car certains agents ne sont jamais rappelés et d’autres le sont toujours.

LA SALLE DE MUSCULATION:Nous attendons avec impatience le retour de l’expert pour cette fameuse passerelle !

LES PLACES DE PARKING : La crise sanitaire actuelle nous a démontré que la quarantaine de places de stationnement proposée aux agents est insuffisante. Les places payantes dans la capitale représentent un énorme budget pour le personnel qui souhaiterait venir travailler avec leur propre véhicule. Il est vraiment nécessaire de voir avec la DI pour allouer une somme plus élevée au budget de fonctionnement de notre établissement pour proposer plus de places aux agents.

PRIME COVID : Pour le bureau local Force Ouvrière, il est évident que les agents qui étaient présent, doivent percevoir le maximum de la prime ainsi que les agents en télétravail ou encore ceux dont une partie des congés étaient pendant la crise, car bien évidemment, ce sont des situations indépendantes de leur volonté. Evitons de stigmatiser le personnel.

Après ouverture difficile, cette nouvelle année fut compliquée pour les collègues de l’ensemble de l’établissement qui ont courageusement et sans faillir assurés leurs missions. Leur montrer que vous les soutenez serait un message fort de reconnaissance de la part de la Direction de l’établissement.

Le bureau local Force Ouvrière restera attentif sur tous ces dossiers car si nous avons des droits et des devoirs, c’est aussi le cas de l’administration afin que le personnel puisse travailler dans de bonnes conditions et s’épanouir dans leur affectation parisienne.


Lire le communiqué

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr