Prison de Nantes : Une reprise en main et vite !



Ce jeudi 1er octobre, vers 17h au centre de détention, nos collègues ont malheureusement pu constater à nouveau les défaillances de la hiérarchie dans la gestion de la population pénale et dans la gestion humaine de ses personnels.

En effet, un détenu insatisfait du rejet d'une demande de permission de sortie s'en est violemment pris à la Cheffe de bâtiment.

Après avoir craché son venin en insultant avec véhémence notre collègue dans un premier temps celui-ci a ensuite proféré des menaces de mort à son encontre et à l'encontre de sa famille.

Face à la virulence de ce détenu, ou chérubin pour la Direction du centre de détention et de la future Cheffe de Détention, les personnels de surveillance interviendront afin d'éviter que ce « voyou » ne puisse éventuellement passer à l'acte.

Toutes ces menaces de mort ont été prononcées en présence de la future Cheffe de Détention qui s'est contentée d'être la première spectatrice avant de s'esquiver discrètement pour ne pas prendre la décision qui était évidente et s'imposait à savoir mettre fin à l'incident par une mise en prévention.

Alors que les hautes sphères du centre de détention se montrent fermes pour sanctionner des agents ces mêmes personnes se liquéfient face à la population pénale.

Comment est-il possible de ne pas réagir à de tels faits? Quel est le message envoyé à la population pénale? Le corps d'encadrement et d'application ne mérite-t-il pas le soutien de sa hiérarchie?

Le syndicat local Force ouvrière personnels de surveillance du centre pénitentiaire de Nantes apporte son soutien à notre gradée, insultée et menacée sous les yeux d'une hiérarchie qui l'a abandonnée.

Le syndicat local Force ouvrière personnels de surveillance du centre pénitentiaire de Nantes remercie l'ensemble des agents nantais pour le soutien apporté à notre Première surveillante.

Le syndicat local Force ouvrière personnels de surveillance du centre pénitentiaire de Nantes attend une sanction disciplinaire exemplaire avant un transfert de ce détenu.

Le syndicat local Force ouvrière personnels de surveillance du centre pénitentiaire de Nantes demande à la Direction du centre pénitentiaire de remettre de l'ordre dans la boutique car il n'est pas entendable que la chaîne hiérarchique lâche ses agents.


Lire le communiqué

243 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr