Prison de Nantes : Il serait temps



Ce week-end un détenu de 42 ans, condamné à 16 ans pour meurtre et destruction de biens d'autrui, a encore fait des siennes.

Ce voyageur du grand ouest arrivé à la maison d'arrêt de Nantes en février 2020 devient aujourd'hui ingérable. En effet, en Détention classique la présence de ce Monsieur nécessite une gestion différenciée dans la mesure où ce pensionnaire est peu apprécié par une majorité de détenus pour ses idées peu tolérantes et que ce dernier a également beaucoup de « difficultés » avec les personnels, féminins notamment.

Ce samedi 27 février, ce pensionnaire qui séjournait au quartier disciplinaire, et qui depuis son arrivée ne cesse de provoquer les personnels de ce secteur, est monté d'un cran dans sa recherche de conflits et de violences.

Ainsi lors de la distribution de son repas, peu avant midi, ce pensionnaire a invité le gradé de secteur à venir en découdre dans sa cellule. Ne cédant pas aux provocations notre Major pénitentiaire a alors été agressé et subi les crachats de ce détenu au visage, au bras et sur le dos en se repliant (sans oublier l'habituel florilège d' insultes).

Peu après, afin de faire venir les agents dans sa quête d'agression il a allumé un feu avec des journaux et des couvertures.

Par la suite il passera son après-midi à monopoliser l'interphonie de secours pour insulter et menacer les personnels.

Le syndicat local Force Ouvrière personnels de surveillance du centre pénitentiaire de Nantes félicite l'ensemble des personnels et plus particulièrement les agents QI/QD et le Major de secteur pour la gestion de ce détenu.

Le syndicat local Force Ouvrière personnels de surveillance du centre pénitentiaire de Nantes s'interroge sur le maintien de cet individu sur notre structure alors que, sauf erreur de notre part, ce dernier condamné définitif pourrait prétendre à rejoindre d'autres horizons et à minima poursuivre son tour de France pénitentiaire.

Le syndicat local Force Ouvrière personnels de surveillance du centre pénitentiaire de Nantes espère un transfert rapide de cet individu et un réveil salutaire des hauts décisionnaires.

Lire le communiqué

228 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr

© SNPFO 2019 - Tous droits réservés. Réalisation Pôle Communication SNPFO.