Prison de Maubeuge : Les pompiers de l'administration



Encore une fois, les personnels pénitenti􏰀aires ont pu montrer la diversifica􏰀tion de leurs missions et leur professionnalisme ce Mardi 28 Juillet 2020, alors que la mission première d’un surveillant est d’assurer la garde de la personne détenue et de travailler à sa réinser􏰀tion, nous avons pu encore constater hier au CP Maubeuge que cela ne se résume pas uniquement à cela.

AUJOURD’HUI, NOUS DEMANDONS BIEN PLUS AUX PERSONNELS, ILS SE DOIVENT D’ÊTRE COURSIERS, INFIRMIERS, PSYCHOLOGUES ET POMPIERS.

Hier en début d’après-midi, un détenu a volontairement mis le feu au matelas de sa cellule. Face à l’important dégagement de fumée, une équipe de surveillants équipée de l’appareil respiratoire isolant a pu extraire le détenu de sa cellule afin que celui-ci soit pris en charge par les pompiers pour être emmené au centre hospitalier. Il a pu réintégrer l’établissement en début de soirée.

En fin d’après-midi, un détenu affecté au quar􏰀tier disciplinaire pour terminer l’exécu􏰀tion d’une peine antérieure que l’administra􏰀on lui avait gen􏰀timent permis de frac􏰀tionner afin que celui-ci puisse con􏰀tinuer sa formation􏰀on, a simulé une tentative􏰀 de suicide.

Vu par le médecin et face au refus de celui-ci de le faire sor􏰀tir du quar􏰀tier, celui-ci s’est emporté à l’unité sanitaire poussant violemment une porte sur le bras d’un collègue. Une maîtrise de ce cet énergumène fut nécessaire afin de le ramener en cellule et de le doter du kit de dota􏰀tion protec􏰀tion urgence afin qu’il n’essaye pas une nouvelle fois d’intenter à sa vie. Malgré les mesures de précau􏰀tion, celui-ci a su de nouveau réussir à faire une tenta􏰀tive de suicide, les personnels étant intervenu pour y me􏰁ttre fin lui ont probablement permis une bonne issue.

FINALITÉ, IL A ÉTÉ EXTRAIT ET EST REVENU AVEC UNE INAPTITUDE AU QUARTIER DISCIPLINAIRE, IL A EU CE QU’IL VOULAIT, ESPÉRONS QUE NOTRE DIRECTION TRANSFORME SON RELIQUAT DE SANCTION DISCIPLINAIRE EN CONFINEMENT STRICT.

Par les agissements irresponsables de ces deux usagers du service public, pas moins de cinq personnels ont dû qui􏰁tter l’établissement pour faire les escortes, compliquant de ce fait la fin de service.

LES SURVEILLANTS SI SOUVENT DÉCRIÉS SE DOIVENT D’ÊTRE ENFIN RECONNUS A LEUR JUSTE VALEUR POUR LA COMPLEXITÉ DE LEURS MISSIONS QUI LEUR INCOMBENT.

UNE RECONNAISSANCE DE NOTRE NOUVEAU MINISTRE DEVIENT UNE NÉCESSITÉ POUR ENTAMER DES NÉGOCIATIONS SUR L’INDEMNITAIRE, LE STATUTAIRE ET LE SÉCURITAIRE.

Le bureau local Force Ouvrière souhaite bon rétablissement au collègue et reste à sa disposi􏰀tion.

Le bureau local Force Ouvrière félicite les agents ayant intervenus face à ces détenus et demande que la direc􏰀tion en fasse de même.

Lire le communiqué

193 vues