Prison de Fleury-Mérogis : Un virus invisible mais des risques visibles !



Tandis que l’autorité régionale pénitentiaire essaie de montrer et de diffuser que tout est sous contrôle, pendant cette crise sanitaire au sein de nos différents établissements. Le bureau local Force Ouvrière constate, après plusieurs jours de confinement que tous les personnels ne sont toujours pas dotés de masques et que les tests de dépistage sont toujours en arbitrage sur notre établissement.

Qu’attendez-vous pour un déploiement des masques en tissus pour les personnels ?

Qu’attendez-vous pour un dépistage des agents et des détenus ?

Malgré les préconisations sanitaires, le Directeur interrégional de Paris s’arc-boute dans une doctrine concernant les masques « en contact régulier des détenus » qu’il veille à faire appliquer au doigt et à l’œil aux chefs d’établissements !!

Nous rappelons également que l’employeur est responsable de la santé physique et psychique de l’ensemble des personnels placé sous son autorité et que le DI doit l’accompagner pour y parvenir.

Par ailleurs , à l’heure où les conditions du déconfinement sont au bout des lèvres du Président de la République dans une société asphyxiée et sous perfusion économique.

Le bureau Force Ouvrière restera fidèle à sa ligne de conduite , qui l’a guidé dans ses différentes revendications dès le début de cette « guerre sanitaire » : la protection des personnels, une priorité absolue !

Par conséquent, notre organisation s’opposera à une reprise d’activités même progressive, notamment les ateliers de concessions et les parloirs familles, SI les exigences et garanties sanitaires requises ne sont pas réunies : distanciation sociale, moyens de protection pour l’ensemble des personnels (gel hydroalcoolique, masques et désinfection etc ...)

De plus, nous apprenons que le samedi 25 avril sur le bâtiment D3 vers 16h10, pendant la mise en place des promenades, les agents ont dû contenir avec professionnalisme et sang- froid, un début de contestation alimentée par une dizaine de détenus au niveau de l’étage où le dépistage d’un arrivant était au cœur des prémices d’un mouvement collectif qui se dessine...

Mais peut-être que la réponse viendra des détenus eux-mêmes ?

Lire le communiqué

234 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr