Prison de Fleury-Mérogis : Services des parloirs "À l'abri de rien"



La série noire des agressions continue au sein de notre établissement à l’intérieur comme à l’extérieur. Les personnels au quotidien doivent faire face à une voyoucratie décomplexée et sans limites.

Incontestablement les personnels exerçants au sein de notre administration tout comme les forces de l’ordre font l’objet de nombreuses menaces et intimidations.

Ce jour, peu avant 17h15, un visiteur est invité à respecter les instructions misent en place au niveau de l’abri famille parloir, dans le cadre de la crise sanitaire. Il s’obstine délibérément de ne pas les respecter, notamment le sens de la circulation imposé. L’insistance des agents resteront vaines et se heurteront à un individu aux intentions hostiles.

Bien déterminé et récalcitrant à toutes directives de la part des personnels. Il les outragea avant d’en violenter deux des nôtres.

Ainsi, guidé par des motivations qui resteront à déterminer, il projeta un de nos collègues sur le grillage avant de rejoindre précipitamment sa voiture garer sur le parking visiteurs. Après avoir saisi un objet non identifié, qu’il a pris soin de dissimuler dans son blouson. Il s’avança vers eux en les provoquant et en les menaçant.

Puis, il retourna de nouveau dans son véhicule, en démarrant en trombe en leur direction avant de s’arrêter brusquement au niveau de la clôture.

Ainsi dans un contexte sanitaire et sécuritaire bien prégnant où la menace terroriste est élevée notre organisation professionnelle s’étonne que l’abri famille n’a pas été renforcé pour la circonstance.

Nous demandons à la direction locale de prendre des mesures sécuritaires adéquates pour parer à toute éventualité et préserver l’intégrité physique des personnels au niveau de l’abri famille.

Le bureau local Force Ouvrière, demande la prise en compte de la vidéo surveillance dans le cadre de l’enquête préliminaire liée à cette affaire.

Le bureau local Force Ouvrière, souhaite une prise en charge adaptée à la situation des agents qui ont été particulièrement choqués par les circonstances de cette violente agression. Et les accompagnera dans leurs différentes démarches administratives et judiciaires.

Le bureau local Force Ouvrière, demande au parquet d’Évry d’envoyer un signal fort pour protéger les fonctionnaires de notre Ministère dans l’exercice de leurs différentes missions du service public.

Lire le communiqué

237 vues