Prison de Fleury-Mérogis : Quartier Mineurs / Refus de réintégrer



Le jeudi 03 décembre 2020 vers 17h50, 8 détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules et bloquer la cour de promenade N°3 du quartier mineur.

Aucune revendication n’a été transmise ou relayée pour justifier ce mouvement concerté qui a fortement perturbé le fonctionnement du bâtiment D4 et de l’établissement.

Les personnels ont été mobilisés ainsi que les ELAC pour assurer une réintégration effective au bout d’une heure.

Force Ouvrière rappelle qu’ils sont coutumiers des faits et les « sanctions mineures » misent en œuvre sont peu dissuasives à priori.

Bien au contraire, ils sont à l’origine d’une démotivation des personnels, d’un désaveu de leur autorité. L’absentéisme ambiant sur cette entité sensible inquiète notre organisation professionnelle notamment sur l’aspect sécuritaire et le mal être des agents.

Ces minots jouent inlassablement avec les nerfs des personnels et force est de constater qu’ils imposent à notre direction la durée de la promenade à leur convenance et pas que ...

Peut-être que la direction locale attend qu’il nous « réinvente » le règlement intérieur après de riche discussion au sein de l’article 29.

Pour Force Ouvrière rien n’est étonnant au vu de l’absurdité de certaines décisions, il ne manque plus que nos chers collègues livrés à eux-mêmes, leurs distribuent des « cigarettes et des nounours en chocolat » pour acheter la paix sociale.

Le bureau local Force Ouvrière quant à elle demande des décisions fermes et sans équivoque à l’encontre de ces fauteurs de troubles pour restaurer l’autorité des personnels.

Le bureau local Force Ouvrière exige le transfert des meneurs à l’origine de ce mouvement collectif , il est temps que le rapport de force imposée change de camp. À force de minimiser les faits vous récolterez les fruits de votre laxisme.


Lire le communiqué

191 vues