Prison de Fleury-Mérogis : D4: Gestion Mineure. Une Direction qui baisse son froc !?



La crise sanitaire aurait-elle des vertus d’angélisme aux yeux de notre direction ? Le bureau local Force Ouvrière dénonce la naïveté, le manque de crédibilité, de la direction du bâtiment D4 dans la gestion du quartier mineur. Cet état d’esprit complètement déconnecté des difficultés du terrain exaspère au plus haut point les personnels de cette structure.

La « mineure comédie club s’invite t-elle au bâtiment D4 » ? Et la direction est-elle la cheffe d’orchestre dans cette braderie de l’autorité des personnels ?

En effet, le dimanche 1ernovembre vers 15h30, en lever de rideau deux bagarres consécutives éclatèrent sur les cours de promenades 01 et 03. L’alarme a été déclenchée et les personnels ont été mobilisés pour circonscrire l’incident.

Ces premiers incidents auraient dû alerter nos têtes pensantes si promptes à prendre les décisions qui s’imposent quand il s’agit de déplacer voir « dégager » ses personnels !!

Ainsi vers 16h15, neufs acteurs de cette nouvelle saison de comédie refusent de réintégrer sur la cour de promenade n°01 du quartier mineur. Les fauteurs de troubles n’ont aucune revendication mais profitent du laxisme d’une direction au chevet des minots et non de ses personnels qui ont été mis à genoux par le manque de considération et de concertation !!

  • Blocage uniquement du quartier mineur !

  • Pas de renforts des personnels du quartier majeur !

  • Quid des pré-alertes Éris et des ELAC ?

  • Pas de mise en prévention mais uniquement 5 mesures de gestions particulières

Par conséquent l’ouverture des cours de promenades sans les renforts adéquats ont mis délibérément les personnels en difficultés, en insécurité où certains ont essuyé des insultes et des provocations.

Le bureau local Force Ouvrière félicite le sang-froid et le professionnalisme des agents dans la gestion de ces incidents à répétitions sur cette entité.

Le bureau local Force Ouvrière condamne fermement ces agissements et exige le transfert des meneurs. Force Ouvrière exige la fin de la récréation et de cette comédie qui met à rudes épreuves les nerfs des personnels.

Madame la directrice, débriefer c’est bien, mais entendre la souffrance réelle de ses personnels c’est mieux !!

Le bureau local Force Ouvrière hausse le ton sur les dérives constatées qui visent à minimiser les faits et dans un sens plus large à discréditer les personnels !

Lire le communiqué


214 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr

© SNPFO 2019 - Tous droits réservés. Réalisation Pôle Communication SNPFO.