Prison de Coutances : Qu'il est difficile d'être reine, je préfère faire la sourde d'oreille...



La République recule, la monarchie gagne du terrain sur notre Maison d’Arrêt.

La concertation n'a plus le droit de citer, elle est remplacée par le diktat de la Nouvelle Cheffe d'établissement.

Entre absence de dialogue constructif avec les OS, pression sur les représentants du personnel, mise en place d'une politique de division de vos loyaux sujets, remarques sur les tenues civiles de vos sujets, flicage par vidéo surveillance .....

Ceci n'est que le début d'un inventaire à la Prévert (et non exhaustif) !

- Peu de concertations, de discussion, des décisions unilatérales sous couvert démocratique

Il est très difficile d'avoir une discussion avec vous, car d'une part, vous feignez ne pas comprendre lorsqu'on vous explique quelque chose et d'autre part, vos réunions comme vous les aimez (on en a jamais vu autant depuis votre arrivée malgré le COVID) n'aboutissent à rien car comme vous l'avez dit : " vous pouvez dire quoi que ce soit, c'est moi qui prend la décision finale ".

Une formule respectable pour nous dire fermez vos .... nous admirons votre politesse.... elle est si rare....Ainsi que votre retenue.

- Manque de considération pour son personnel

Au tract sur les masques, vous déclarez devant témoin : « de toute façon, les agents je les emm... » sans finir votre phrase... Difficile de croire qu'il s'agisse d'encouragement. Idem, quand au sujet du lavage des draps des agents, vous nous traitez de « dégueulasses ».

Comment un détenu connu pour son comportement irascible peut-il faire l'objet d'un classement comme auxi-sport, alors qu'il s'est rendu coupable de menaces proférées à l'encontre de la famille d'un surveillant il y a peu ? Ce ne sont pourtant pas les candidatures qui manquent pour ce poste !

- Conditions de travail dégradées

L'ensemble de vos sujets est fatigué de vos remarques sans lien avec le travail, fatigué de vos multiples ordres et de vos contres-ordres à la volée, fatigué de vos "urgences". Une urgence en chassant une autre, le travail ne fait que s'accumuler...

- Illisibilité des tâches qui engendre un sentiment d'incompréhension

« Qui fait quoi ? » est la question la plus fréquente au royaume. Par exemple, dégarnir un agent de détention pour remplacer le vaguemestre qui doit broyer vos documents et vous aider à ranger votre bureau. Est-ce bien raisonnable ?

Surtout avec du personnel en vacances... « Qui fait quoi » ? Toujours aucune fiche de poste pour les administratives, remplacements inégaux qui génèrent des tensions.

Tensions, incompréhension, mal-être se rajoute à l'ambiance anxiogène qui s'est installée depuis votre arrivée.

Remise en cause, brimades, petites phrases assassines

Vos agents sont remis en cause, voir réprimandés même lorsqu'ils appliquent un ordre de votre part (aussi saugrenu soit-il) car entre temps, vous niez, vous changez d'avis.

Même mise face à vos contradictions, vous niez. Vous niez en avoir donné l'ordre (même avec des témoins) ou alors ce sont vos agents qui n'ont pas compris ce que vous leur aviez dit.

Quoique nous fassions, nous avons tort ! Et contrairement à ce que vous pensez, nous avons de l'humour mais l'humour n'excuse pas tout ...

Prenez vos responsabilités, assumez vos erreurs et vos propos. Connaissez vous ceci :

Règle 1 : le chef a toujours raison

Règle 2 : si le chef a tort, se référer à la règle 1

Il s'agit bien d'une blague ... et non d'un mode de gestion.

Le peuple ne complote pas contre vous, il patiente et espère : du respect, un vrai dialogue social, que vous assumiez vos dires et surtout que nous puissions vous faire confiance à défaut que vous nous fassiez confiance.

Nous vous rappelons que la Maison d'Arrêt fonctionnait avant votre arrivée comme pendant vos absences.

Tout comme à Belfort, les OS de Coutances sont attachées à la bonne marche de l'établissement dans le respect et le dialogue.

A bon entendeur.


Lire le communiqué



207 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr