Prison de Condé-sur-Sarthe : Puni mais pas trop !



Au début du mois un détenu du QPR profère, à l'encontre du gradé du secteur, des menaces et des insultes lors d'un mouvement. A l'issue de sa commission de discipline, le chef d'établissement le condamnera à 18 jours ferme de Quartier Disciplinaire.

Mais un « problème » se pose. En effet, ce détenu est prévu pour un UVF. Le directeur prend donc la décision de mettre fin à sa peine un jours plus tôt pour qu'il puisse se préparer en cellule et ainsi bénéficier de son UVF.

Monsieur le directeur, Le Bureau Local Force Ouvrière s'étonne de cette pratique, à savoir sanctionner une personne détenue lors d'une CDD et revenir ultérieurement sur cette décision.

Nous vous rappelons que cette personne détenue a insultée à de nombreuses reprises notre collègue de « grosse merde », « pétasse » ainsi que de « petite pute » et qu'il l'a également menacée physiquement !

De plus, dénigrer vos agents en pleine CDD en parlant de « brebis galeuses que je recadrerai sur leurs pratiques professionnelles » démontre un souci de positionnement vis à vis de la population pénale. En effet, par votre impulsivité vous confortez les détenus du QPR dans leur acharnement constant contre les agents.

Le Bureau Local Force Ouvrière s'indigne de promettre à la personne détenue, lors de la CDD, de réduire sa peine à condition qu'il se conduise bien pendant sa période de QD. Mais il apparaît que l'application de sa sanction fait qu'automatiquement son UVF devait être annulé.

Le Bureau Local Force Ouvrière apportera son aide à tout agent victime d'insultes ou de menaces. Nous nous désespérons de constater Monsieur le directeur votre manquement à votre premier devoir, en l'occurrence, soutenir vos agents quelques soient les difficultés rencontrées.

Ce genre de faits ne peuvent et ne doivent pas être banalisés !


Lire le communiqué

187 vues