Prison de Châteauroux : AGRESSION GRATUITE ! Mais que fait la direction ?



Ce matin encore deux de nos collègues ont subis les foudres d’un détenu, affecté au D0. Ce dernier semblait mécontent mais de quoi, mais de qui ?

Une fouille ? Une mauvaise nouvelle familiale ? Non . Le surveillant ne l'a pas réveillé pour le départ Atelier !!!!

Car il doit sembler normal que le surveillant de détention « il n’a sûrement rien à faire » se transforme en réveil pour les détenus travailleurs... insultes et réflexions vis à vis du collègue qui n’aurait pas selon lui réalisé sa mission .

Arrivant aux ateliers avec retard, ce détenu s’est énervé et s’est montré très vindicatif à l'encontre du personnel et du concessionnaire qui lui ont rappelé les règles. Il a été normalement, refoulé vers son bâtiment. Ce dernier arrivant à son bâtiment, troublera le calme de la détention en continuant ces vociférations envers le collègue en charge de son étage.

Lorsque le surveillant lui permettra l'acces de la grille palière de son étage, celui-ci se montrera de nouveau virulent.

Notre collègue l'invitera à rentrer en cellule et ce dernier mécontent du service public, de notre réglementation intérieure, tentera à maintes reprise d'assener des coups en direction de notre collègue. Résultat notre collègue a eté blessé à la main et la pommette nécessitant 2 Jours d'ITT

Un second collègue arrivé en renfort, suite au déclenchement d'alarme , a ceinturé le détenu et s’est fait mordre à la main provoquant une plaie d'environ 1cm de profondeur qui se verra attribuer 3 Jours d'ITT.

Lors de la mise en préventions tout au long du trajet, celui-ci provoquera et insultera le personnel. Nous ne pouvons rester inerte face à ce type de violence au sein de notre établissement.

FORCE OUVRIERE exige une saction disciplinaire exemplaire et son transfert immédiat à l’issue ... Ce dernier étant connu pour plusieurs situations identiques (insultes, menaces etc...)

FORCE OUVRIERE déplore une nouvelle fois, l'immobilisme chronique de notre direction face à ces multiples agressions . Que dire de la prise charge des collègues aux services des Urgences.

A l'heure ou l’on compte plus de 20 000 faits de violence par an au sein de nos établissements , FORCE OUVRIERE réclame toujours des moyens adaptés pour protéger l’intégrité physique des personnels. Non pas des armures pour protéger des coups... Mais des moyens de protections dissuasifs , les vrais qui empécheront, la volonté de passage à l ‘acte... P-I-E (Pistolet a Impulsion Électrique ), bombe incapacitante etc...

FORCE OUVRIERE revendique aussi une modification de la procédure disciplinaire dans le cadre des agressions physiques sur les personnels.

FORCE OUVRIERE exige de la direction qu'elle renoue la discussion avec les personnels.

FORCE OUVRIERE apporte son soutien aux collègues blessés, et sera toujours présent pour les aider et les soutenir dans leurs futures démarches.


Lire le communiqué

286 vues

SYNDICAT NATIONAL PENITENTIAIRE FORCE OUVRIERE

3 Avenue de Bellevue 91210 DRAVEIL –Tel : 01.69.39.10.00

www.fopenitentiaire.fr – Courriel : secretariat@fopenitentiaire.fr