Prison de Carcassonne : La crainte d'un cluster est grande



LA COVID 19 PRESENTE AU SEIN DE LAMAISON D'ARRET DE CARCASSONNE : LA CRAINTE D'UN CLUSTER EST GRANDE.


La maison d’arrêt de Carcassonne est touchée depuis vendredi 12 février 2021, par la covid 19. En effet, le vendredi 12 février 2021, à midi, l’unité sanitaire nous informe qu’un détenu, arrivé en date du 5 février 2021, incarcéré dans une cellule accueillant quatre détenus et testé le 11février, soit sept jours aprés son arrivée, se trouve être positif à la covid 19 L'ensemble des personnels de la MA Carcassonne est inquiet et pour cause.., notre structure émarge, ce jour le 14 février 2021, à 237,74% de taux d'occupation.

Mais comment éviter l' entrée et la propagation de ce virus dans de telles conditions sanitaires? Depuis le début de cette pandémie, le respect sans faille des mesures de protection sanitaires ( port du masque, distanciation, lavage régulier des mains...) de la part des personnels pénitentiaires avaient permis d' éviter l'entrée du virus au sein de l'établissement.

Toutefois les personnels ne sont pas responsables des largesses des responsables de l'établissement, et du directeur interrégional de toulouse , concerant le non respect des mesures de confinement des détenus arrivants, et des détenus rentrant de permission...

Il semble que les directives nationales n'ont pas lieu d'exister dans une « petite maison d'arrêt surpeuplée ».... On continue donc d'incarcérer, et de permettre le retour des détenus permissionnaires sans aucun isolement...

Ce qui devait arriver et donc aujourd'hui une réalité... La Covid 19 est présente au sein de la MA Carcassonne....

Les personnels vont devoir gérer cette crise, en espérant qu'il ne se retrouvent pas seuls....

Les premières réactions de l'administration nous laissent perplexe : En effet, comment expliquez vous que vos personnels n'aient pas été prévenus immédiatement de la situation. Surtout ceux en position de repos ces derniers jours ? Ce grave manquement peut avoir d'énorme conséquence pour les familles des agents ayant été en contact avec le détenu contaminé.

Comment expliquez vous que l'ensemble des personnels médicaux de l'unité sanitaire de la maison d’Arrêt aient été rappelés le vendredi après midi sur leur repos afin d'être testés sur l'établissement ? Alors que les personnels pénitentiaires présents ce jour la n'ont même pas été testés . Comment expliquez vous que les personnels soient invités à venir se faire tester seulement à partir de lundi ou mardi ?

Comment expliquez vous que des détenus entrant ne soient pas systématiquement testés lors de la mise à l'écrou ? Cette politique du pas de test pas de malade est tout simplement honteuse, ne serait-ce que pour la santé de vos personnels et de leurs familles. Pour rappel un test antigénique donne un résultat en moins de trente minutes . Cela éviterait de placer un détenu positif dans une cellule déjà occupée par quatre détenus.

La réactivité des personnels de surveillance est à souligner pour cette après midi du vendredi 12 février lorsque qu il a fallu isoler tout un quartier en changeant pas moins d'une dizaine de détenus, potentiellement contaminés, de cellule afin de limiter la propagation et d'isoler le cas positif . Surtout dans un établissement dont le taux de surpopulation atteint plus de 237% .

Pire encore comment expliquez vous que les détenus rentrant de permission ne soient même plus placés à l'isolement durant sept jours afin d'être testés , mais directement réintégrés dans le grand quartier dans leurs cellules ? La faute au manque de place sûrement . Cela est tout simplement scandaleux .

Le syndicat Majoritaire Force Ouvrière exige un dépistage massif de l'ensemble des détenus de la maisons d’arrêt.

Le syndicat Majoritaire Force Ouvrière exige que les arrivants soient dépistés à l'écrou et isolés le temps des résultats.

Le syndicat Majoritaire Force Ouvriere exige que tous les détenus rentrant de permission soit testé et isolé le temps des résultats.

En l'absence du respect de ces règles sanitaires minimales,le syndicat majoritaire FO dénoncera la mise en danger d'autrui devant les juridictions compétentes.

Les agents et leurs famille méritent le respect et un soutien sans faille de l'institution .

Lire le communiqué

74 vues