Prison de Bourges : LE TOHU-BOHU CONTINUE !



Malgré le mépris du CE à l’égard de ses agents de détention, ces derniers continuent d’exécuter leur travail en effectuant des fouilles de cellules. Mais à quel prix !!!

Dernièrement, trois détenus ont été sortis du quartier disciplinaire suite à un simulacre de pendaison. A quoi bon fouiller les détenus les plus charismatiques puisqu’ils n’effectuent même plus leur quartier disciplinaire en nous rigolant au nez en détention.

Suite à la fouille de la cellule de l’un d’entre eux, ordonnée par la CDD, il a été trouvé un tournevis long de plus de 15 cm (véritable arme blanche en détention) un portable, quatre puces et bien sûr avec le package « insultes à GOGO ». Nous ne comptons plus le nombre de procédures à son actif.


Cependant, après avoir mis fin le 14/05/2020 à sa mise en prévention, au bout d’une matinée, suite à sa prétendue TS, ce dernier a été placé uniquement en confinement le 18/05/2020. Il est fort regrettable que le Chef d’établissement n’ait pas pris la décision qu’il avait prévue : le remettre au QD.


Aucune reconnaissance ! Aucun soutien ! Rien ne change !

Le surveillant présent, qui aurait dû être assesseur, a été réduit à une fonction de garde du corps. Le patron a préféré prendre sa décision uniquement avec la surveillante BGD, d’ordinaire associée à un rôle un de secrétaire. Monsieur le CE, le loyalisme a ces limites, l'émancipation des personnels doit prospérer !


Aïe le "ROI" risque d'être mis à mal !

Pire encore, après l’annonce du confinement de ce dernier, le Chef d’établissement continue dans la foulée, en accordant 2 jours de grâce au détenu placé au quartier disciplinaire. Celui-là ayant juste eu besoin de menacer de s’accrocher. Nous savons que vous souhaitez avoir une permanence tranquille mais là c’est honteux !!! Vous préférez apparemment vous faire admirer par les détenus les moins méritants plutôt que donner une image de patron digne de ce nom. Quelle misère !!!

Le SLP Force Ouvrière demande le transfert du détenu en possession d’une arme blanche par destination. En effet, seul un transfert pourrait peut-être calmer ce phénomène et redonner du crédit au personnel qui malgré le contexte difficile donne plus qu’entière satisfaction de par sa présence et son investissement.

Le SLP Force Ouvrière pense qu’il est temps pour notre CE de quitter le navire car le naufrage n’est pas loin.


Lire le communiqué

146 vues

Posts récents

Voir tout