Prison d'Orléans-Saran : MAH2 Bravo aux personnels



Cette semaine a été marquée par deux événements au sein de la Maison d'Arrêt des Hommes 2.

Tout commencera lundi par différentes projections qui arriveront à bon port à savoir les cours de promenade. Comme nous le savons si bien, l'établissement essuie quasi tous les jours des pluies de projections qui au fil du temps atteignent leur objectifs.

Face à cette situation, l'encadrement du bâtiment prendra l'initiative de procéder à une réintégration ainsi qu'à une fouille des 31 détenus se trouvant dans les cours de promenade.

Les agents présents ce jour sur le bâtiment feront de l'excellent travail comme à leur habitude et cela en toute coordination avec l'encadrement.

Mercredi, la météo n'est pas au rendez-vous depuis la prise de service du personnel et le plan brouillard sera déclenché. La promenade du matin de nos pensionnaires sera mise en place à la levée du plan et sans incident.

Jusque là tout va bien, mais durant l'après-midi un nouveau plan brouillard fera son apparition juste avant le départ promenade. Immédiatement, le personnel communiquera à la population pénale les raisons de la non mise en place pour l'instant de la promenade. C'est sans compter sur l'intelligence dont peut faire preuve cette population pénale. Elle se mettra à taper dans les portes des cellules afin de troubler le calme qui règne au sein de la détention.

Durant ce tapage intempestif, le détenu H sera clairement identifié par les agents comme l'investigateur dans la préparation d'un mouvement. En effet, ce dernier se mettra à crier par sa fenêtre :

« On brûle tout, on bloque tout, manifestez vous ».

La décision est prise immédiatement d'intervenir et de placer cet investigateur en prévention au quartier disciplinaire. Une deuxième mise en prévention aura lieu pour le détenu G qui n'avait pas l'intention de stopper son tapage. Face à cette gestion menée par l'ensemble du personnel du bâtiment, le calme reviendra aussitôt , le plan brouillard sera levé et la promenade sera mise en place avec le soutient de collègues venus en renfort.

Le bureau local Force Ouvrière signale qu'une émeute commence en général de cette manière

Le bureau local Force Ouvrière exige que l'investigateur soit lourdement sanctionné et transféré à l'issue.

Le bureau local Force Ouvrière félicite les agents ainsi que l'encadrement du bâtiment (qui ne reste pas en hivernation dans leur bureau ) pour cette bonne gestion .

Lire le communiqué

185 vues